Olivier Véran a assuré dans un tweet publié dimanche que Marine Le Pen avait déjà été favorable au départ à la retraite à 65 ans.
Pourtant, depuis 2012, la cheffe des députés Rassemblement national plaide pour une retraite à 60 ans.
À la différence de son père avant elle et de la ligne historique du parti.

La bataille autour de la réforme des retraites s'engage. Ce dimanche 5 février, dans un tweet reprenant l'un de ses passages sur CNews, le porte-parole du gouvernement assure qu'avant 2017, Marine Le Pen souhaitait repousser l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Olivier Véran écrit, pour dénoncer les positions de ses adversaires sur la réforme des retraites : "les oppositions ne sont pas crédibles. Le RN change d'avis quand ça l'arrange : avant 2017, Marine Le Pen était favorable au départ à 65 ans". Ce que la cheffe des députés a contesté. Qu'en est-il ?

Dans l'affirmation d'Olivier Véran, la mention "avant 2017" est importante. En effet, depuis la présidentielle de 2017, Marine Le Pen prône un retour à la retraite à 60 ans. Il y a six ans, avant le premier tour de l'élection présidentielle, elle faisait campagne sur la retraite à 60 ans avec 40 annuités, mesure qu'elle souhaitait mettre en place "à effet immédiat". Elle avait un peu infléchi cette position entre les deux tours, en expliquant finalement qu'elle s'engageait "à ce que ce soit le cas d'ici la fin de [son] quinquennat". Elle conditionnait également cette réforme à une baisse du chômage, et ajoutait : "Si on s'aperçoit qu'il y a encore un problème avec le système des retraites, je me tournerai vers les Français et je leur dirai : 'J'ai fait tout ce qui est nécessaire, là je suis obligée de me tourner vers vous pour faire un effort'".

Depuis 2012, Marine Le Pen plaide pour la retraite à 60 ans

Cinq ans plus tard, en 2022, Marine Le Pen avait donc un peu changé d'avis, et défendait une retraite à 60 ans avec 40 annuités seulement pour ceux ayant commencé à travailler avant 20 ans, et proposait que les autres puissent partir entre 62 et 67 ans après 42 ou 43 annuités selon leur profil.

Mais que défendait Marine Le Pen avant 2017 ? Déjà en 2012, l'ex-présidente du Front national défendait un départ à 60 ans avec 40 annuités. Une position qui avait fait réagir au sein de son propre camp, puisqu'il s'agissait là d'une nouveauté. "Il n'y a jamais eu dans le programme du Front national de retour à la retraite à 60 ans", indiquait d'ailleurs le trésorier du Front national, Wallerand de Saint-Just, en 2015. En effet, elle était la première à proposer une telle mesure, car en 2007 Jean-Marie Le Pen plaidait pour un départ à la retraite à 65 ans. "Il peut se produire des situations dans lesquelles je ne sois pas tout à fait en accord avec Marine Le Pen", avait alors avoué son père en 2012. "Je pense que si Marine Le Pen a pris cette décision, c'est qu'elle pense sérieusement qu'elle est utile aux travailleurs et au pays", avait-il ajouté.

Cette mesure est en effet symbolique des changements opérés par Marine Le Pen à la tête du parti. La normalisation et dédiabolisation entreprises par la députée du Pas-de-Calais est passée notamment par le développement de propositions de réformes sociales à destination des travailleurs et des classes populaires du pays, et au détriment des sujets identitaires et sécuritaires.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : notre équipe y est présente derrière le compte @verif_TF1LCI.


Justine FAURE

Tout
TF1 Info