Les élections régionales et départementales 2021

Régionales 2021 : quels sont les candidats et les enjeux politiques en Bourgogne-Franche-Comté ?

J.F.
Publié le 3 juin 2021 à 18h55
Julien Odoul (RN)

Julien Odoul (RN)

SCRUTIN DES 20 ET 27 JUIN - La gauche réussira-t-elle à conserver la région, ou la Bourgogne-Franche-Comté passera-t-elle sous pavillon RN ? Faisons un état des lieux.

La Bourgogne-Franche-Comté fait partie "du top 3" des régions gagnables par le RN, dixit Marine Le Pen. Mais le Parti socialiste n'a pas dit son dernier mot, même s'il aura sûrement besoin de l'aide de la gauche et de LaREM pour conserver son bastion.

Quelles sont les principales têtes de liste ?

Marie-Guite Dufay, 72 ans. Présidente du Conseil régional de Franche-Comté depuis 2008, la socialiste a été réélue en 2015 à la tête de la région fusionnée avec la Bourgogne. Ancienne adjointe au maire de Besançon, elle a soutenu Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, avant d'appeler à voter pour la liste de Raphaël Glucksmann aux européennes de 2019.

Julien Odoul, 36 ans. La tête de liste du Rassemblement national, passée par le PS et l'UDI, est conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté depuis 2016. En octobre 2019, il s'y fait remarquer en réclamant à une accompagnatrice scolaire présente dans la tribune visiteurs de l'hémicycle de retirer son voile.

Gilles Platret, 48 ans. Le maire de Chalon-sur-Saône est également vice-Président national des Républicains. Pour ces élections, il s'est alliée avec le parti de Nicolas Dupont-Aignan Debout la France.

Denis Thuriot, 54 ans. Né à Nevers, il en est le maire depuis 2014. Avocat, la tête de liste LaREM et MoDem a fait ses débuts politiques au PS avant d'être séduit par Emmanuel Macron.

Quels sont les principaux enjeux politiques ?

La gauche sera-t-elle suffisamment forte pour empêcher le RN de l'emporter ? Pourra-t-elle résister seule, ou devra-t-elle compter sur l'appui des écologistes, des insoumis, et de La République en marche ? Si Marie-Guite Dufay s'est montrée "Macron-compatible", c'est également pour cette raison qu'elle n'a pas pu s'allier au-delà des communistes, et qu'une liste écologiste et une liste regroupant neuf partis ou mouvement de gauche figurent au premier tour.

Le RN a donc une carte à jouer, même s'il est également traversé par des divisions internes, notamment parce que la tête de liste Julien Odoul ne fait pas l'unanimité. Sur 24 élus obtenus en 2015, il n'en reste plus que 15 dans le groupe d'extrême droite au Conseil régional, à cause du divorce entre la tête de liste de l'époque Sophie Montel et le parti de Marine Le Pen

Que disent les sondages ?

Selon un sondage OpinionWay pour La République en marche publié au début du mois de juin, Julien Odoul arriverait largement en tête au premier tour avec 30% d'intentions de vote, devant Gilles Platret (20%), Marie-Guite Dufay (19%) et Denis Thuriot (14%). Dans le cas où les quatre listes choisiraient de se maintenir au second tour, le Rassemblement national remporterait la région avec 32% des voix. En revanche, en cas de désistement de la liste de la majorité présidentielle, une liste d’union de la gauche conduite par Marie-Guite Dufay l’emporterait avec 38% des suffrages devant le RN (34%) et Les Républicains (28%). 


J.F.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info