Les élections régionales et départementales 2021

Régionales : l'"obsession" autour du RN lui "donne un coup de pouce formidable", selon François Bayrou

La rédaction de LCI
Publié le 16 juin 2021 à 10h23, mis à jour le 29 juin 2021 à 16h48
JT Perso

Source : TF1 Info

MOTUS - À quelques jours du premier tour des élections régionales, François Bayrou regrette que la menace du Rassemblement national (RN) fasse autant parler d'elle. Invité sur LCI, le président du MoDem estime que trop évoquer ce parti lui donne "un coup de pouce formidable".

François Bayrou se refuse de faire du Rassemblement national "le sujet unique de toutes les élections qui viennent, de toutes les campagnes qui viennent et de toutes les batailles qui viennent". "C'est lui donner un coup de pouce formidable", explique le président du MoDem à Elizabeth Martichoux sur LCI ce mercredi, alors qu'il est interrogé sur le dernier sondage Ifop pour LCI, qui donne la liste RN de Thierry Mariani en région Paca gagnante au second tour des élections régionales.

Ne pas trop évoquer le RN tout en le contournant, la stratégie de Bayrou

Tandis que le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, déclare qu'une victoire du RN serait une "marque satanique", le Haut-commissaire au plan se dit opposé à l'utilisation de "ce genre de vocabulaire". "Je ne suis pas pour utiliser ce genre de perpétuelle obsession. Je suis pour que l'on assume les responsabilités qui sont celles du président de la République, de la majorité et du gouvernement, c'est-à-dire l'avenir des Français et non le Rassemblement National", assène-t-il.

Si on croit vraiment ce qu'on dit, alors au deuxième tour on privilégie les rassemblements avec tous ceux dont on sait qu'ils ont une compatibilité avec vous pour la région.

François Bayrou

François Bayrou appelle malgré tout à faire barrage tant que possible au parti dirigé par Marine Le Pen lors du deuxième tour, "le temps du rassemblement". "Si on croit vraiment ce qu'on dit, qu'une région c'est important, alors au deuxième tour on privilégie les rassemblements avec tous ceux dont on sait qu'ils ont une compatibilité avec vous pour la région", indique-t-il. Le maire de Pau affirme que c'est notamment grâce à ces ententes que "les délibérations (qu'il) propose au conseil municipal ou au conseil d'agglomération sont adoptées à 95% ou 98% à l'unanimité". "C'est le cas dans toutes les régions, et on voudrait faire croire qu'il y a des citoyens qui sont des ennemis irréductibles les uns avec les autres", déplore-t-il. "Le but d'une élection régionale c'est le destin des femmes, des hommes, des jeunes qui vivent dans cette région. Je suis pour qu'autour de cette logique de projet, on fasse des rassemblements entre gens qui sont compatibles", explique-t-il.

François Bayrou fustige notamment la stratégie de Xavier Bertrand, candidat aux régionales dans les Hauts-de-France, qui "outre les choses" et "pousse à des logiques de distanciation et d'affrontement". Le président de la région des Hauts-de-France affirmait lundi sur LCI refuser de s'allier avec La République en Marche. "Pas de magouille et pas de tambouille dans l'élection régionale", avait-il expliqué tout en se présentant comme "l'adversaire numéro 1 du Front National" dans sa région depuis 1998. "Xavier Bertrand a dit clairement que pour lui, le but c'était l'élection présidentielle prochaine et qu'il considérait cette élection régionale comme une rampe de lancement", regrette le président du MoDem.

Si le RN venait à l'emporter dans certaines régions, il s'agirait pour François Bayrou d'une traduction du "doute que peut avoir la société française sur elle-même". "La responsabilité de ceux qui ont des fonctions ou des missions, c'est précisément de répondre à cette question de la confiance en l'avenir. Ça n'a pas été fait depuis 30 ans", affirme-t-il.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info