François Bayrou refusera "a priori" d'entrer dans le nouveau gouvernement.
Dans un contexte de remaniement imminent, le président du MoDem a écarté l'idée de devenir Premier ministre lors du Grand Jury LCI de ce 15 mai.

Il ne connaît pas le nom du prochain, ou de la prochaine, Premièr(e) ministre. Il l'assure, mais ce dimanche 15 mai alors que le nouveau mandat d'Emmanuel Macron court déjà depuis un jour, François Bayrou a souri à l'idée qu'il rêvait lui-même de le devenir, comme le suggérait la question d'un téléspectateur du Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro. "Il y a longtemps que je sais que la politique ce n'est pas le rêve", a réagi le maire de Pau, "c'est simplement la mise en musique de ses idéaux dans le réel". 

Le président du MoDem a rappelé qu'il avait autrefois essayé de conquérir le poste suprême, juste au-dessus de ce qu'il tient pour une "fonction éminente de la République", en maintenant que ni le premier, ni la seconde, n'étaient plus d'actualité pour lui.

J'ai beaucoup de mal à juger les gens à partir de leur genre
François Bayrou

Trois fois candidat à la présidence de la République, ministre de l'Éducation sous les gouvernements Balladur puis Juppé, et plus furtivement ministre de la Justice au début du premier quinquennat d'Emmanuel Macron,  François Bayrou a estimé qu'il ne correspondait pas au "portrait-robot" dessiné jusqu'ici du prochain Premier ministre. "En tout cas du point de vue génétique", a-t-il précisé, en allusion à la désignation - souhaitée par Emmanuel Macron - d'une femme à ce poste en début de semaine prochaine. 

À cet égard, s'il a jugé "significative" la volonté de nommer une Première ministre - pour la première fois depuis Édith Cresson en 1992 -, il juge "moins importante" cette caractéristique, que les qualités requises pour exercer la fonction "dans une situation si lourde"

"J'ai beaucoup de mal à juger les gens à partir de leur genre", a développé François Bayrou, "j'ai toujours travaillé avec des femmes (...), mais pour moi elles n'étaient pas d'abord des femmes"

"A priori non". Interrogé par un internaute, le président du MoDem a rejeté l'idée d'entrer à un autre poste dans le nouveau gouvernement en préparation. "Parce qu'on ne revient pas facilement sur ses pas", a-t-il justifié, en rappelant ses fonctions gouvernementales passées. 

Il a en revanche réaffirmé son souhait d'un scrutin proportionnel pour les législatives, "qui entraînera un mode de gouvernement complètement différent", jugeant anormal "que des millions d'électeurs ne soient pas représentés à l'Assemblée nationale".


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info