Le gouvernement Borne II

Remaniement : l'opposition raille une majorité "en galère de recrutement"

M.G avec AFP
Publié le 4 juillet 2022 à 12h42
JT Perso

Source : TF1 Info

L'exécutif a dévoilé lundi la composition du nouveau gouvernement, fort de 41 ministres et secrétaires d'État.
Ces annonces n'ont pas convaincu les têtes d'affiche de l'opposition qui fustigent un "nouveau jeu de chaises musicales au gouvernement".

Le nouveau gouvernement fait (déjà) grincer des dents. À peine nommés ce lundi, les 41 ministres et secrétaires d'État voient les critiques se multiplier à leur encore. "Des grandes consultations des forces politiques qui durent deux semaines pour, au final … faire revenir Marlène Schiappa.  La Macronie en galère de recrutement", a raillé la présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, Mathilde Panot. 

Même son de cloche du côté de son collègue dans l'hémicycle, Manuel Bompard. "Changement de fonction, retour des ministres du quinquennat précédent, pourtant évincés il y’a un mois : il y’a manifestement peu de volontaires pour grimper à bord du Titanic", a-t-il fustigé. Réélue en juin dernier en Seine-Saint-Denis, Clémentine Autain voit, elle, dans ce remaniement le reflet d'une "macronie au point mort"

Du nouveau avec de l'ancien ?

De son côté, le secrétaire national du PCF, Fabien Roussel, s'est montré un peu moins acerbe mais tout aussi critique. "Peu importe le casting, c'est la politique qui va être menée qui est déterminante (...) Ce n'est pas la composition du gouvernement qui fait la différence, ça va être le discours de politique générale", a-t-il déclaré sur les réseaux sociaux. "Ce n'est pas avec des petites taches de couleur que l'on met au gouvernement comme sur un tableau que l'on donne des signes d'ouverture", a-t-il également lancé, plus tôt dans la matinée, sur LCI. 

La Macronie se fiche du résultat des élections et des Français

Laurent Jacobelli, porte-parole du RN

De l'autre côté de l'hémicycle, le Rassemblement national ne s'est pas montré plus tendre. "Ceux qui ont échoué sont tous reconduits. Le Président de la République ignore ainsi une nouvelle fois le verdict des urnes et la volonté des Français d’une autre politique", s'est insurgée la cheffe de file des députés RN, Marine Le Pen. "Après le fiasco du Stade de France, les mensonges à répétition, l'incapacité à gérer la submersion migratoire et l'ensauvagement, Gérald Darmanin est.... promu!?! La Macronie se fiche du résultat des élections et des Français", a encore accusé Laurent Jacobelli, le porte-parole du parti d'extrême droite. 

Lire aussi

Relativement ménagé par la composition de ce nouveau gouvernement - avec le départ de Damien Abad et sans grand débauchage -, Les Républicains n'ont pas quitté leur costume d'opposants. "Ce remaniement est une occasion manquée pour notre pays. Elisabeth Borne aura du mal à trouver une majorité à l'Assemblée nationale. Emmanuel Macron n'a pas tenu compte des résultats des législatives 2022", s'est désolé Daniel Fasquelle, maire du Touquet, sur LCI. 

Par ailleurs, les députés LR ont d'ores et déjà fixé des "conditions sine qua non" pour qu'ils votent le prochain projet de loi sur le pouvoir d'achat. Parmi elles, le carburant à 1,50 euro le litre, la revalorisation du travail, ou encore la baisse de la CSG pour les retraités, a détaillé lundi le patron du groupe, l'ex-ministre Olivier Marleix. 


M.G avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info