L'ascension fulgurante de Gabriel Attal, plus jeune Premier ministre de la Vᵉ République

Publié le 9 janvier 2024 à 12h16

Source : TF1 Info

Gabriel Attal a été nommé ce mardi Premier ministre par Emmanuel Macron.
À 34 ans, il devient le plus jeune chef du gouvernement de la Vᵉ République.
L'éphémère ministre de l'Éducation nationale succède à Élisabeth Borne.

Un nouveau record à mettre à son actif. Mardi 9 janvier, le président de la République Emmanuel Macron a décidé de nommer Gabriel Attal comme nouveau Premier ministre, en lieu et place d'Élisabeth Borne, qui quitte Matignon un an et demi après son arrivée. Gabriel Attal, 34 ans, devient le plus jeune chef du gouvernement de la Vᵉ République, devant Laurent Fabius, nommé Premier ministre par François Mitterrand, à 37 ans, en 1984.

Il faut dire que ce genre de records, Gabriel Attal les collectionne. En juillet 2023, lors du précédent remaniement, il était devenu le plus jeune ministre de l'Éducation nationale. Son passage rue de Grenelle restera, lui, l'un des plus courts, même si l'ancien député des Hauts-de-Seine aura été actif. À son bilan ? Interdiction de l'abaya, plan de lutte contre le harcèlement scolaire, report des épreuves du baccalauréat, son "choc des savoirs", expérimentation sur le port de l'uniforme ou encore des cours d'empathie dans des écoles primaires, depuis ce lundi.

Autant de décisions qui l'ont propulsé sur le devant de la scène. "Il a des cotes de popularité très fortes partout, à gauche et également à droite", analyse sur LCI Frédéric Dabi, directeur général Opinion du groupe Ifop. "Gabriel Attal matérialise les attentes des Français à l'égard du politique : il fait les bons constats et agit. Il veut transformer le quotidien."

Un fidèle d'Emmanuel Macron

Un Premier ministre populaire au moment de son arrivée à Matignon… et qui connaît parfaitement l'arène politique. Car depuis l'accession d'Emmanuel Macron à l'Élysée, Gabriel Attal a été de tous les combats. Élu conseiller municipal de Vanves (Hauts-de-Seine) sous les couleurs socialistes en 2014, il a d'abord été député en 2017, avant d'entrer au gouvernement un an plus tard en tant que secrétaire d'État auprès du ministre de l'Éducation nationale et de la Jeunesse, Jean-Michel Blanquer. Il décroche alors un premier record : celui d'être le plus jeune membre du gouvernement.

En 2020, pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, le nouveau Premier ministre Jean Castex s'interroge. "A-t-on trouvé un os à ronger supplémentaire pour le jeune Gabriel ?", peut-on lire sur une note. Il prend finalement la lumière en héritant du porte-parolat. Un rôle qu'il occupe durant deux ans, et le propulse au premier plan lors de la campagne présidentielle 2022.

Puis à l'arrivée d'Élisabeth Borne en tant que cheffe du gouvernement, Gabriel Attal débarque à Bercy, en tant que ministre délégué chargé des Comptes publics, sous la tutelle de Bruno Le Maire. Un an plus tard, il fait son retour rue de Grenelle par la grande porte, comme ministre de l'Éducation nationale. "On peut avoir 34 ans et de lourdes responsabilités", faisait alors valoir le diplômé de Sciences Po.

Les "lourdes responsabilités" vont désormais devenir encore plus grandes. À cinq mois des élections européennes, Gabriel Attal va tenter de redonner du souffle au quinquennat d'Emmanuel Macron, après une année 2023 notamment marquée par un 49.3 sur la réforme des retraites, des violences urbaines ou une controversée loi immigration. Un nouveau défi pour l'un des seuls ministres à s'être fait un nom dans l'opinion.


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info