Gouvernement Attal : Catherine Vautrin nommée ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités

par Idèr NABILI avec le service politique de TF1-LCI
Publié le 11 janvier 2024 à 18h35, mis à jour le 11 janvier 2024 à 20h08

Source : TF1 Info

Catherine Vautrin a été nommée ce jeudi nouvelle ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités au sein du gouvernement de Gabriel Attal.
La présidente du Grand Reims, dont le nom avait circulé en 2022 pour Matignon, succède à Olivier Dussopt avec un périmètre élargi.

Son nom avait été évoqué pour succéder à Jean Castex à Matignon, après la réélection d'Emmanuel Macron en 2022. C'est finalement Élisabeth Borne qui avait été nommée Première ministre, et Catherine Vautrin n'avait hérité d'aucun portefeuille. Mais elle fait son entrée dans le nouveau gouvernement de Gabriel Attal, au poste de ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités. Avec un périmètre élargi, elle remplace Olivier Dussopt, dont le passage rue de Grenelle aura été marqué par la réforme des retraites.

Favorable à la dernière réforme des retraites

Catherine Vautrin, elle, retrouve un poste ministériel. À 63 ans, celle qui a déjà été ministre de la Cohésion sociale sous Jacques Chirac était actuellement présidente de la communauté urbaine du Grand Reims. Au lendemain des législatives 2022, qui n'ont donné qu'une majorité relative à Emmanuel Macron et son gouvernement, elle avait proposé sur LCI "un paquet" de textes pouvant mettre d'accord le camp macroniste et les Républicains, son ancienne famille politique.

Si elle s'est, au fil du temps, montrée plus favorable à Emmanuel Macron, Catherine Vautrin n'est pas une "marcheuse" de la première heure. En 2017, alors qu'elle était vice-présidente LR de l'Assemblée nationale, elle avait été battue aux élections législatives par... le candidat de la République en marche, le parti présidentiel (devenu Renaissance), après un mandat de députée notamment marqué par son opposition au mariage pour tous. Une prise de position qu'elle a dit regretter ces derniers mois.

En quittant la vie politique nationale, elle avait annoncé avoir "de nombreux projets" en perspective. Ses projets vont désormais prendre la direction du ministère du Travail, de la Santé et des Solidarités qu'elle retrouve après un passage au secrétariat d'État à l'Égalité des chances, auprès du ministre du Travail, en 2004. Elle ne devrait pas avoir de difficultés à assumer la mise en œuvre de la réforme des retraites et le décalage progressif de l'âge légal à 64 ans, un texte dont le pays "a besoin", avait-elle estimé l'hiver dernier, avant la promulgation de la loi.


Idèr NABILI avec le service politique de TF1-LCI

Tout
TF1 Info