"Pécressethon" : Valérie Pécresse a récolté 2 millions d'euros, mais se dit "loin du compte"

V.M
Publié le 25 avril 2022 à 17h31

Source : TF1 Info

Valérie Pécresse annonce ce lundi avoir récolté 2 millions d'euros de dons pour rembourser sa campagne électorale, faute de remboursement de ses frais par l'État.
L'ex-candidate LR relance un appel à l'aide pour faire face à une dette personnelle de 5 millions d'euros.

Le compte n'y est toujours pas. Deux semaines après son appel aux dons pour lui permettre de rembourser ses frais de campagne, Valérie Pécresse est contrainte de solliciter à nouveau ses soutiens, et au-delà. Dans une vidéo publiée lundi sur son compte Twitter, l'ancienne candidate des Républicains, endettée personnellement à hauteur de 5 millions d'euros - sur 7 millions au total -, explique avoir reçu à ce jour 2 millions d'euros de dons. 

"Je veux remercier tous les Français qui ont répondu à l’appel aux dons que j’ai lancé au lendemain du premier tour. D’ores et déjà, cet appel nous a permis de recevoir 2 millions d’euros. Mais nous sommes encore loin du compte", explique Valérie Pécresse, dont les résultats obtenus au premier tour - 4,78% des suffrages - ne permettent pas d'obtenir le remboursement des frais de campagne, prévus à partir de 5%

Appel très large

Valérie Pécresse, qui doit encore trouver 3 millions d'euros d'ici au 15 mai, "relance" donc son appel aux dons "auprès de tous les Français qui m'ont apporté leur confiance, mais aussi auprès de tous ceux qui partagent mes convictions, mais qui, par peur des extrêmes, ont choisi le vote utile dès le premier tour". L'ancienne candidate s'adresse enfin à "tous ceux qui ont à cœur de faire vivre la démocratie"

Selon les calculs établis chez LR, il suffirait que les quelque 1.679.000 électeurs du premier tour donnent chacun trois euros pour que la candidate puisse restituer les sommes empruntées. 

Valérie Pécresse place cette "urgence financière à régler" avant même de "livrer le combat des législatives". "C'est à titre personnel que je me suis endettée pour défendre nos convictions à hauteur de 5 millions d'euros. Oui, la démocratie a un coût, mais croyez-moi, ce coût est moins élevé que l'absence de pluralisme et de confrontation des idées", conclut la présidente de région, qui se dit "touchée" par "les messages de sympathie" qu'elle a reçu. 


V.M

Tout
TF1 Info