Présidentielle : que proposent Emmanuel Macron et Marine Le Pen sur les retraites ?

Publié le 12 avril 2022 à 15h29, mis à jour le 19 avril 2022 à 11h18

Source : JT 13h Semaine

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se feront face le 24 avril dans les urnes pour le second tour de l'élection présidentielle.
Parmi les thèmes de la campagne : les retraites, sur lesquelles les deux candidats ont pu évoluer durant cet entre-deux-tours.
Que proposent les deux candidats ?

C'est l'un des sujets d'opposition les plus importants entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen : les retraites. Les deux candidats qualifiés pour le second tour de l'élection présidentielle proposent deux systèmes bien distincts, vivement critiqués par le camp adverse. Âge légal, annuités, carrières longues... Voici ce que les deux finalistes proposent aux Français.

Emmanuel Macron, le report de l'âge légal ciblé

Emmanuel Macron en a fait, malgré lui, sa mesure phare. Le président sortant compte reporter l'âge de départ à la retraite pour le porter progressivement à 65 ans en 2030. En contrepartie, il souhaite qu'aucune pension pour une carrière complète ne soit inférieure à 1100 euros par mois, et indexer, dès cet été, les retraites sur l'inflation. 

Le candidat arrivé en tête au premier tour promet également de prendre en compte les métiers pénibles, les carrières longues et celles fracturées dans le calcul de l'âge de départ, de manière individualisée. Il s'oppose aussi aux régimes spéciaux, mais assure qu'ils ne seront pas supprimés pour les salariés déjà entrés dans la vie active. Le président sortant a aussi évoqué les personnes atteintes de handicap, avec des départs à 55 ans. 

Durant l'entre-deux-tours, afin de rassurer l'électorat de gauche, plutôt hostile à cette réforme, il a laissé entendre que des concessions sur l'âge légal pourrait être accordées. En déplacement dans le Nord, Emmanuel Macron s'est dit prêt à "bouger", et à limiter le report de l'âge de départ à 64 ans, en 2027. Pour réduire les crispations, il a assuré qu'il mènerait des concertations avec le monde syndical et politique, et a même ouvert la voie à l'hypothèse d'un référendum sur la question. 

Marine Le Pen, le début de la vie active en jeu

De son côté, Marine Le Pen promet de mettre en place un système progressif au sein duquel les Français entrés dans la vie active avant l'âge de 20 ans pourraient partir à la retraite à 60 ans, après avoir cotisé durant 40 annuités. Ceux commençant à travailler entre 20 et 24 ans auront également un avantage, assure-t-elle. Elle s'est opposée à la suppression des régimes spéciaux. 

Pour les autres, pas de changement, le départ à la retraite sera fixé à 62 ans. Son principe : "plus on a commencé à travailler tôt, plus il faut partir à un âge raisonnable à la retraite." Mais comme Emmanuel Macron, l'âge de départ à la retraite à taux plein reste fixé à 67 ans si le travailleur n'a pas ses 40 annuités.

La candidate du Rassemblement national souhaite, elle aussi, indexer les pensions sur l'inflation "pour un pouvoir d'achat respectueux d'une vie de travail", et porter le minimum vieillesse à 1000 euros par mois tout en "augmentant les petites retraites".


Idèr NABILI

Tout
TF1 Info