La réforme des retraites, dossier explosif du 2nd quinquennat Macron

Retraites : Bayrou défend une "consultation populaire" plutôt qu’un "blocage du pays"

Laure Giuily
Publié le 4 juillet 2021 à 13h38
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Le Grand Jury

LE GRAND JURY - Faut il relancer la réforme des retraites ? François Bayrou préfère attendre. "La période électorale n'est pas favorable", a expliqué le haut commissaire au plan sur LCI.

Suspendue depuis plus d'un an en raison de la pandémie, la réforme des retraites, dossier hyper sensible du quinquennat d'Emmanuel Macron, reviendra-t-elle dans le calendrier présidentiel avant 2022 ? Dans l'entourage du Président, les avis divergent. Il y a d'un côté le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, partisan d'une réforme sans attendre 2022, de l'autre le Haut-commissaire au Plan, maire de la ville de Pau et président du Modem, François Bayrou, qui souhaite attendre l'élection présidentielle, pour éviter un nouveau "blocage du pays." 

Alors qu'Emmanuel Macron recevra mardi 6 juillet les partenaires sociaux à l'Elysée, l'invité du Grand jury ce dimanche, François Bayrou a affiché clairement sa position. "Je pense que la période électorale n'est pas favorable pour faire passer à la va vite une réforme", a-t-il répété. 

Laisser les Français décider

"Je préfère une consultation populaire à un blocage du pays", a déclaré le Président du Modem qui s'inquiète d'une nouvelle mise à l'arrêt du pays après un an de pandémie. 

Selon lui, le meilleur moyen de faire accepter une réforme aussi difficile est de la soumettre à une consultation populaire. "J'ai toujours pensé qu'une réforme difficile, comme la réforme des retraites, il n'y avait qu'un moyen de la faire passer sans bloquer le pays, c'est de dire qu'au terme de sa préparation, c'est les Français qui choisiraient, par référendum", a-t-il affirmé, profitant de l'occasion pour souligner l'importance de cet outil démocratique. 

"Il manque une arme décisive à la démocratie française, le référendum". Or, il est "totalement dénaturé - De Gaulle l'a voulu comme ça -  c'est un couperet, c'est une motion de censure ou de soutien en direct, mais ça ne devrait pas servir à cela", a poursuivi François Bayrou sur le plateau du Grand Jury, citant l'exemple de la Suisse. "Si on regarde la Suisse, le référendum sert à trancher des décisions complexes, pour que cette décision populaire ne soit pas remise en cause." 

Avec l'échéance électorale, ce serait donc les programmes des candidats qui feraient office de référendum. 


Laure Giuily

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info