REVIVEZ - "La France face à la guerre" : notre émission spéciale avec huit candidats à la présidentielle

Publié le 14 mars 2022 à 12h00, mis à jour le 15 mars 2022 à 0h45
Cette vidéo n'est plus disponible

Source : Emission Spéciale Politique

Huit des douze candidats à l'élection présidentielle 2022 ont participé lundi soir à "La France face à la guerre", une émission spéciale proposée par TF1.
Un peu plus de trois semaines après le début de l'invasion russe en Ukraine, ils ont été interrogés sur les conséquences du conflit pour les Français et leur vision pour l'avenir du pays.

Ce live est à présent terminé. 

L'ÉMISSION EST TERMINÉE


Ce direct s'achève ici. Merci de nous avoir suivis. Le replay de l'intégralité de l'émission est à retrouver en tête de cet article. 

LE DROIT DE RÉPONSE DE YANNICK JADOT 


Souhaitant "s'adresser aux jeunes", Yannick Jadot a lancé un appel. "Vous qui avez envie d'utiliser votre énergie, votre créativité, votre merveilleuse diversité pour s'emparer de la société, emparez-vous de la campagne présidentielle. Ne vous laissez pas déposséder de votre avenir, de votre destin". "L'écologie, c'est le projet de la vie, qui va revitaliser notre promesse républicaine", a-t-il assuré. "Le 10 avril, votez pour notre avenir, (...) le vote écologiste c'est le vote de la vie", a-t-il lancé.

LE DROIT DE RÉPONSE DE JEAN-LUC MÉLENCHON 


Jean-Luc Mélenchon a affirmé "porter un projet de rupture avec les règles du jeu du monde dans lequel vous vivez", celui "d'une société d'entraide, d'harmonie entre les êtres humains et avec la nature". Mais cette société est "impossible" à atteindre avec "un océan d'inégalités de malheurs" et "des haines religieuses" notamment. "Ne laissez pas tout transformer en marchandise parce que plus rien ne marchera", a-t-il lancé, estimant que "le marché c'est le chaos" et appelant à "rétablir de l'intelligence et de la volonté humaine". 

LE DROIT DE RÉPONSE D'ANNE HIDALGO


"J'ai entendu des extrêmes qui nous expliquent qu'il nous faudrait le dos à cette fraternité qui nous est chère. (...) Et j'ai entendu Emmanuel Macron, la droite, nous expliquer que demain, ceux qui paieront encore le prix des crises, ce seront toujours les mêmes, les classes moyennes", a fustigé Anne Hidalgo, proposant "une gauche républicaine laïque (...) qui est là pour protéger, (...) qui a toujours été au cœur des conquêtes sociales, (...) moderne et ouverte".

LE DROIT DE RÉPONSE D'ERIC ZEMMOUR


"Ce sont tous des politiciens professionnels, ils vous ont trop promis, menti, trahi. Moi je ne vous trahirai pas. Je ne vous promettrai pas ce que je ne pourrai pas tenir", a lancé Eric Zemmour au sujet de ces adversaires. "Il n'est plus temps de réformer la France mais de la sauver", a-t-il poursuivi, évoquant la sécurité, l'école, la lutte contre les déserts médicaux, "l'arrêt de l'immigration". "Il nous reste 26 jours pour que la France reste la France", a-t-il conclu.

LE DROIT DE RÉPONSE DE VALÉRIE PÉCRESSE


Valérie Pécresse : "Je voudrais dire aux Français: ' Vous avez le 10 avril le destin de la France entre vos mains' (...) Vous avez entendu plusieurs discours sur la France : il y a les extrémistes (...), un autre candidat, le président sortant qui, tel un illusionniste, vient de vous promettre le contraire de ce qu'il a fait pendant 5 ans. Qui peut encore le croire ? Je porte un projet de franche rupture avec ces 5 années d'immobilisme (...) Si vous m'honorez de votre confiance, je veillerai à protéger la France et le peuple français". 

LE DROIT DE RÉPONSE D'EMMANUEL MACRON


Emmanuel Macron : "Cette campagne est importante car elle nous permet de structurer les choix à venir pour notre pays (...) Je voulais en finir en disant deux choses : pour les 5 années qui viennent, il nous faut avoir beaucoup d'ambition pour notre pays (...) Cette ambition, nous pouvons la porter que si nous sommes unis, bienveillants".

LE DROIT DE RÉPONSE DE FABIEN ROUSSEL


Fabien Roussel : "Je voudrais dire aux Français que les jours heureux, nous devons y croire. Nous devons reprendre la maîtrise de notre économie (...) Le projet que nous portons, c'est reprendre le pouvoir sur ces richesses que nous produisons et les mettre au service de tous. C'est un immense projet qui nous permettra de reconstruire une République pour tous et toutes, en métropole et en outre-mer (...) C'est la France des jours heureux, la France de la paix, c'est la France que je vous propose de construire tous ensemble". 

RÉDUIRE LES PRIX DE L'ÉNERGIE


La récente réduction annoncée par le gouvernement, de 15 centimes par litre, sur le prix de l'essence à la pompe est insuffisante, estime Fabien Roussel. "Il faut aller au-delà. Aujourd'hui, tout le monde le vit : la station d'essence est le seul endroit où l'on tient le pistolet et que l'on se fait braquer", raille-t-il, estimant que "l'essence devient presque un produit de luxe". Le candidat PCF milite pour une baisse du prix des taxes, "60% du prix d'un litre d'essence". Il appelle également les grands groupes pétroliers à faire des efforts pour contribuer à la baisse des prix.

LE DROIT DE RÉPONSE DE MARINE LE PEN


Marine Le Pen : "Je veux réagir aux Français. Je voudrais vous rappeler une chose fondamentale : c'est vous qui avez le pouvoir. Chaque voix, pèse autant que celle du président. Vous, peuple de France, êtes souverains. N'écoutez pas cette petite musique qui vous expliquerait que cette élection serait faite. Tout est possible. A chaque fois que quelque chose vous heurte, il y a une décision politique derrière. Cela veut dire qu'une autre orientation est possible (...) On peut faire des choix différents".

✅ LES VÉRIFICATEURS – 7 MILLIARDS D’EUROS DE TOTAL À SES ACTIONNAIRES ? 


Proposant de taxer à 100% TotalEnergies si le groupe ne prend pas sa part dans la baisse du prix de l'essence, Fabien Roussel a déploré qu'il ait réalisé 16 milliards d’euros de bénéfices et versé 7,6 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. C’est vrai, la presse avait d'ailleurs relayé l’information. À cause du Covid, Total avait enregistré une perte de 7 milliards de dollars en 2020. Mais attention, ces chiffres sont décorrélés du contexte actuel : ils n'ont rien à voir avec la montée des prix, ni avec la crise ukrainienne qui n’avait pas commencé à ce moment-là. 

FABIEN ROUSSEL SUR LE NUCLÉAIRE 


"C'est indispensable que l'on puisse avoir notre indépendance énergétique", argue Fabien Roussel. Par conséquent, "il faut s'appuyer autant sur des énergies renouvelables que sur le nucléaire", souligne-t-il "Si on veut avoir la maîtrise des prix, avoir une électricité décarbonée, c'est la seule alternative", martèle le chef de file du PCF. 

FABIEN ROUSSEL SUR LA GUERRE EN UKRAINE 


"Aujourd'hui, il y a un agresseur, Poutine, qui a violé le droit international", a affirmé Fabien Roussel ce lundi. "C'est lui qu'il faut condamner sévèrement, économiquement, diplomatiquement, politiquement et sur qui il faut exercer les plus grandes pressions", martèle-t-il. "Il faut parler d'une main ferme mais ouverte pour entretenir le dialogue avec Poutine et obtenir le cessez-le-feu le plus rapidement possible", estime encore le candidat du Parti Communiste français. 

❌ LES VÉRIFICATEURS – LE BUDGET DE LA DÉFENSE A-T-IL BAISSÉ DEPUIS HOLLANDE ? 


Éric Zemmour a affirmé que "depuis 10 ans", François Hollande et Emmanuel Macron "n’ont jamais remonté le budget de la défense", précisant qu’Emmanuel Macron "a cessé la descente en vérité". C’est faux. Selon le ministère des Armées, le budget de la Défense a oscillé autour de 32 milliards d'euros entre 2012 et 2017, avant d’augmenter à 36,9 milliards en 2018 et 41 milliards en 2022. Le budget accordé à la Défense est donc en hausse depuis dix ans.

LES PROPOSITIONS D'ERIC ZEMMOUR SUR LE POUVOIR D'ACHAT


Eric Zemmour souhaite limiter le prix de l'essence à 1,80 euro : "il y a des milliers de gens qui vont au travail avec leur voiture, ce n'est pas un hobby, c'est vital pour eux, ce n'est pas admissible", a-t-il déploré. Il souhaite que "les grands groupes réduisent leurs marges", ce qu'ils peuvent faire puisque la production de carburant se poursuit, a-t-il affirmé. Cela reste "une mesure d'urgence" ; quant au long terme, il propose de "rembourser la moitié des frais d'essence qui se déplacent en voiture sur le modèle du remboursement des frais de transports collectifs".


Il propose aussi d'établir un bonus malus pour les entreprises qui licencieraient plus de 55 ans : "je veux qu'ils perdent cette mauvaise habitude, on fera un index senior", a-t-il lancé, affirmant que "30% des Français des plus de 60 ans travaillent, c'est trop peu". Il souhaite par ailleurs porter l'âge de la retraite à 64 ans tout en reconnaissant des critères de pénibilité.

✅ LES VÉRIFICATEURS – COMPTE-T-ON 50% DE DÉMOCRATIES DANS LE MONDE ?


Refusant de "qualifier" Vladimir Poutine, Eric Zemmour s’est justifié par un souci de dialogue : "Car après, il faut discuter avec lui, comme avec tout chef d’État. Vous savez, sur la planète, il y a à peu près la moitié (de pays) qui ne sont pas des démocraties". Le candidat a raison sur ce point. Dans son index de démocratie de 2021, le groupe de recherche Economist Intelligence Unit recense 12,6% de "démocraties complètes" et 31,7% de "démocraties imparfaites". Ce qui représente au total 44,3% de régimes démocratiques dans le monde, quasiment le chiffre repris par Eric Zemmour. À noter que la France est 22e dans ce baromètre, étant considérée comme une "démocratie imparfaite". 

ERIC ZEMMOUR VEUT RENFORCER LA DÉFENSE FRANÇAISE


"On aura toujours des alliés, on reste dans l'Otan, mais il nous faut une autonomie défense. Nous devons sortir du commandement militaire intégré pour retrouver notre autonomie de décision", a estimé Eric Zemmour, ajoutant estimé que "la France a un devoir de puissance" plutôt qu'une image de "petits télégraphistes des États-Unis". L'ancien polémiste d'extrême-droite a indiqué vouloir "augmenter le budget militaire de 41 à 70 milliards en 2030". Il a estimé que nous n'assistons "pas à l'émergence défense euro mais au renforcement de la jambe européenne de l'Otan".

✅ LES VÉRIFICATEURS – 12 MILLIONS DE FRANÇAIS SOUFFRENT-ILS DU FROID?


Sur la contrainte de baisser le chauffage alors que la France est dépendante, comme d'autres en Europe, du gaz russe, Jean-Luc Mélenchon assure que 12 millions de Français souffrent du froid et "ne peuvent pas baisser le chauffage". Selon le baromètre énergie-info du médiateur national de l’énergie publié en 2021, 20% des Français interrogés déclaraient "avoir souffert du froid pendant au moins 24h dans leur logement". La France comptant environ 67 millions d’habitants, 20% de sa population représente un peu plus de 13 millions de personnes.

ERIC ZEMMOUR AU SUJET DE L'INVASION RUSSE


Au tour du candidat d'extrême-droite Eric Zemmour de répondre au sujet de l'invasion russe. "J'ai condamné tout de suite l'invasion en Ukraine, car je défends la souveraineté nationale et l'intégrité des frontières", a-t-il tenu à rappeler. "Je disais que Vladimir Poutine avait redressé son pays et refait de son pays une grande puissance" après l'effondrement du bloc soviétique, a-t-il indiqué, revenant sur ses déclarations de 2018, lorsqu'il avait affirmé "rêver d'un Poutine français".


"Les Russes ont toujours été durs, brutaux, c'est une loi de l'histoire des peuples. (...) Ils sont prêts à des choses qui nous paraissent démesurées", a-t-il estimé, ajoutant : "Je ne vais pas insulter Vladimir Poutine, c'est quelqu'un qui a des méthodes rudes et tyranniques, mais je ne vais pas le qualifier car il faut discuter avec lui". Il a affirmé à nouveau que le dirigeant russe était "le seul coupable", mais il a critiqué une extension de l'Otan en Europe de l'Est "depuis 20 ans alors que les Américains avaient promis de ne pas le faire". "On a raté beaucoup d'occasions", a-t-il estimé.

IMPÔTS, RETRAITES : LES MESURES DE JEAN-LUC MÉLENCHON


Jean-Luc Mélenchon: "Moi, j'ai milité pour la retraite à 60 ans. J’ai milité contre Sarkozy quand on l’a passée à 62 ans. Je referai la retraite à 60 ans (...) Que les gens partent à la retraite pour vivre le sens de la vie, qui n’est pas de travailler sans arrêt". 


Concernant les impôts, Jean-Luc Mélenchon propose de les augmenter "pour ceux qui gagnent beaucoup, non pour les autres". "En-dessous de 4000 euros, personne ne paiera. Ceux qui ont vraiment beaucoup, ils paieront beaucoup".

✅ LES VÉRIFICATEURS – LES CASQUES BLEUS PEUVENT-ILS ÊTRE ENVOYÉS EN RUSSIE ?  


Au tour de Jean-Luc Mélenchon de formuler ses propositions sur la guerre en Ukraine. "À court terme immédiat, on demande à l’ONU de déployer des soldats, des casques bleus le long des 16 réacteurs nucléaires", a avancé le candidat Insoumis. À TF1info le collectif des Surligneurs précise que pour recourir à la force sur un territoire en conflit, le Conseil de sécurité de l’ONU a besoin qu’aucun de ses cinq membres permanents (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni... et donc Russie) n'oppose son veto. 


Mais attention, il existe un moyen juridique pour contourner cette règle. En effet, depuis la résolution de "Dean Acheson", l'Assemblée Générale de l'ONU peut contourner les vétos au Conseil de sécurité, lorsque la paix et la sécurité dans le monde sont menacées. La proposition de Jean-Luc Mélenchon est donc réalisable sur le papier.

JEAN-LUC MÉLENCHON : "LE NUCLÉAIRE CIVIL EST DANGEREUX SUR LE PLAN MILITAIRE"


Pour le candidat insoumis, la guerre en Ukraine a permis de faire comprendre "que les réacteurs nucléaires sont dangereux". "Ceci peut arriver aux Français. Le nucléaire civil est dangereux sur le plan militaire", a-t-il estimé.

JEAN-LUC MÉLENCHON SUR LES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE


Jean-Luc Mélenchon : "L'objectif numéro 1 est d’isoler le gouvernement de Vladimir Poutine sur la scène internationale. Nous devons ensuite l’isoler politiquement, le couper de sa base, taper, taper et taper encore sur les oligarques.  Et enfin miser sur la résistance du peuple russe".


Pour pallier la hausse des prix de l'énergie, Jean-Luc Mélenchon propose de bloquer et baisser les prix". "Ce sont les producteurs qui paient". "A plus long terme, il faut en finir avec les modes d’approvisionnement en énergie. On remplacera le pétrole par l’hydrogène, on le fabrique facilement. On peut avoir de l’énergie électrique partout si on installe des éoliennes".

JEAN-LUC MÉLENCHON OPPOSÉ À L'OTAN


C'est désormais au tour de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France Insoumise de répondre aux questions sur la guerre en Ukraine. "Je suis pour qu’on sorte de l’Otan, pas d’aujourd’hui. Je suis d’accord pour qu’il y ait des mesures de représailles économiques. Le problème, c’est où on les mets". "Quelle stratégie avoir? Déjà, avoir les idées claires. Depuis 2014, j’alerte sur tous les tons qu’il va y avoir une ligne rouge en Ukraine", a-t-il déclaré.


"Je suis non-aligné. Quand les Américains disent 'on va faire l'Otan jusqu'à la Russie, je dis danger' (...) Il faut y avoir une situation adaptée à la situation", a-t-il ajouté.

⚠ LES VÉRIFICATEURS – LE CHÔMAGE "AU PLUS BAS DEPUIS 15 ANS" ? 


Emmanuel Macron a de nouveau vanté son bilan économique, rappelant que le taux de chômage se trouve "au plus bas depuis 15 ans". Des propos qui sont à nuancer. Il y a exactement 3.101.800 personnes sans emploi (catégorie A) inscrites à Pôle Emploi au quatrième trimestre de 2021 en France, selon les dernières statistiques de l'établissement chargé de l'emploi. Un niveau effectivement plus bas que celui observé au début du quinquennat d'Emmanuel Macron - on enregistrait alors 3,75 millions d'inscrits en catégorie A. 


Si ce chiffre est inédit depuis 2008, comme l'indique l'Insee, il recouvre une réalité : celle d'une plus grande précarité de l'emploi. Ainsi, en regardant les catégories allant de A à C -qui concernent donc les demandeurs exerçant une activité réduite- il y a actuellement plus de personnes inscrites à Pôle emploi. Toutes catégories confondues, le pays a 5.368.200 chercheurs d'emploi. Fin 2013, ce chiffre était en deçà de 5 millions (4,9). Pour plus de détails sur le bilan économique d'Emmanuel Macron, vous pouvez lire notre article sur le sujet.

EMMANUEL MACRON SUR LE POUVOIR D'ACHAT 


Le "gouvernement a apporté une réponse depuis l'automne dernier" pour faire face à la hausse du coût des carburants, rappelle Emmanuel Macron, citant "le chèque inflation", les "aides spécifiques", le "bouclier sur le gaz" et des "mesures sur l'électricité et le gaz". "On a également préparé un plan pour accompagner les professions les plus touchées", a-t-il ajouté, annonçant qu'il serait dévoilé dans les prochains jours par le gouvernement. "On accompagne sur le court terme le pouvoir d'achat et les secteurs les plus touchés pour éviter les injustices", martèle-t-il, estimant que les vraies solutions pour passer le pic de la crise sont "le travail et l'écologie". 

❌ LES VÉRIFICATEURS – POUTINE A-T-IL FAIT ENTRER LA RUSSIE DANS LE G8 ?

 

Pour Emmanuel Macron, qui échange régulièrement avec le locataire du Kremlin, "Vladimir Poutine été un dirigeant qui a été aussi celui de l’émancipation de son pays, de son ouverture, de son entrée dans le G8 puis au G20, de la reconnaissance internationale". Une déclaration trompeuse.


Moscou est entré dans le G7 en 1998, qui est devenu de fait le G8, comme le rappelle ici la Commission européenne. Or, Vladimir Poutine a succédé à Boris Eltsine en tant que président du gouvernement russe… en 1999. Soit un an après.

VERS DES SANCTIONS ENCORE PLUS FORTES CONTRE LA RUSSIE


Emmanuel Macron n'a pas écarté la possibilité de prendre des sanctions encore plus dures contre la Russie. "Tout est possible en termes de sanctions", martèle le président de la République selon "les choix que la Russie serait amenée à faire". "L'objectif est de maximiser le coût de la guerre pour la Russie et de faire en sorte qu'elle décide de la stopper", ajoute-t-il. 

EMMANUEL MACRON SUR L'INVASION EN UKRAINE 


"Vous avez raison de redire l'horreur de cette guerre. Elle est le choix de Vladimir Poutine", rappelle Emmanuel Macron dans la "France face à la guerre". "Notre rôle, aujourd'hui, est d'essayer de stopper cette guerre, sans faire la guerre : sanctionner la Russie, aider le peuple ukrainien et isoler la Russie internationalement", ajoute le président de la République qui estime qu'il faut continuer de parler avec Vladimir Poutine pour tenter de trouver une issue à ce conflit. 


"Il faut également d'ores et déjà préparer la paix", estime le pensionnaire de l'Élysée, candidat à sa propre succession. 

VIDÉO - REVOYEZ LES PROFESSIONS DE FOI DES CANDIDATS

"La France face à la guerre" : la profession de foi des huit candidats à la présidentielleSource : TF1 Info

✅ LES VÉRIFICATEURS – 75% DES FRANÇAIS SOUTIENNENT-ILS L’ÉOLIEN ?


Selon Yannick Jadot, "75% des Français et des Françaises soutiennent" l'énergie éolienne. C’est peu ou prou ce que dit un sondage de Harris Interactive, dévoilé en octobre dernier. "73% des Français ont une bonne image de l’énergie éolienne" et "se montrent même favorables au développement de cette énergie (71%)", d’après cette étude d’opinion commandée pour l’Ademe et le ministère de la Transition écologique.

YANNICK JADOT AU SUJET DU POUVOIR D'ACHAT


Yannick Jadot propose 400 euros pour les six millions de personnes qui bénéficient déjà des chèques énergie, ainsi que 100 euros pour les familles moyennes. Le candidat écologiste a critiqué les dernières mesures du gouvernement, avec la remise de 15 centimes à la pompe à compter du 1er avril : "elle est où la justice sociale quand tout le monde en bénéficie, et ceux qui ont les plus gros véhicules en bénéficient le plus", a-t-il lancé. 


Quant au report de l'âge à la retraite à 65 ans, il a estimé que cela était "une mesure terriblement injuste". "Un Français sur deux qui fait valoir ses droits à la retraite ne travaille déjà plus, car dans ce pays on maltraite les seniros. (...) Reporter l'âge de la retraite, c'est créer plus de souffrance dans notre pays. Je remettrai les critères de pénibilité indécemment retirés par Emmanuel Macron", a-t-il poursuvi. 

YANNICK JADOT AU SUJET DU NUCLÉAIRE ET DE L'ÉNERGIE


"Nos réacteurs sont vieillissants : soit on en construit de nouveaux, (...) mais ils ne seront opérationnels qu'en 2040 ou 2045, cela ne résoudra rien pour le pouvoir d'achat", a avancé Yannick Jadot, disant préférer "investir dans tout ce qui n'a pas été fait". "Au fur et à mesure que l'on déploiera les énergies renouvelables, on fermera les réacteurs nucléaires", a-t-il lancé, estimant que ces énergies étaient "les seules énergies de sécurité et de paix, et la vraie indépendance".

YANNICK JADOT AU SUJET DE L'INVASION DE L'UKRAINE


C'est désormais au candidat écologiste Yannick Jadot d'être interrogé au sujet de l'invasion russe en Ukraine. "Ce qui se joue en Ukraine, c'est la démocratie, la liberté (...) Vladimir Poutine l'envahit parce qu'il ne supporte pas la démocratie", a estimé le chef de l'EELV. "C'est le combat de la liberté contre la dictature", a-t-il insisté. 


"Regardons 20 ans de massacre, de crimes de guerre, Vladimir Poutine n'a pas changé, il a toujours été un dictateur", a-t-il tancé, critiquant "trop de complaisance, liée à cette dépendance incroyable aux énergies fossiles" russes. Il a ainsi appelé à un embargo immédiat sur les énergies russes : "chaque jour nous donnons 700 millions de dollars à Poutine pour financer sa guerre", a-t-il lancé. Quant à l'entreprise Total, il l'a accusée de "complicité de crime de guerre" pour ses projets maintenus en Russie.

❌ LES VÉRIFICATEURS – POURRAIT-ON ROUVRIR FESSENHEIM ? 


Sur le plan énergétique, Valérie Pécresse appelle à une plus grande indépendance énergétique de la France. Pour autant, "je ne sais pas si on peut rouvrir Fessenheim", a admis la candidate. Une référence prudente aux propos de Marine Le Pen, qui avait quelques minutes plus tôt appelé à la remise en marche de la centrale alsacienne fermée en 2020. 


Est-il possible de faire marche arrière avec une réouverture de Fessenheim ? EDF, il y a quelques semaines, balayait cette idée d'un revers de main. "Dix ans d’études et de travaux non réalisés ne se rattrapent pas", glissait l'entreprise. La faute notamment aux travaux de pré-démantèlement, non réversibles et déjà assez largement lancés. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) met pour sa part en avant le fait que la centrale de Fessenheim n'a pas suivi les opérations de maintenance qui auraient nécessaires pour garantir sa sûreté et qu'elle n'a pas bénéficié du "programme d’améliorations post-Fukushima", déployé pour le reste du parc nucléaire français.

RETRAITES, IMPÔTS : CE QUE VALÉRIE PÉCRESSE PROPOSE


La candidate LR prône un départ à la retraite à 65 ans. "Oui, il faudra dire aux Français la vérité. Il va falloir travailler jusqu’à 65 ans, sauf quand on a été abîmés par le travail", a-t-elle déclaré. Valérie Pécresse propose également une augmentation de 10% des salaires nets. Si elle accède à la présidence, "plus aucun retraité ne partira à la retraite avec moins du Smic net", a-t-elle estimé.


"Je baisserai les impôts des Français", a-t-elle promis.

LES MESURES DE VALÉRIE PÉCRESSE SUR L'ÉNERGIE


Valérie Pécresse: "Nous avons besoin de rebâtir une souveraineté énergétique. Emmanuel Macron a fait une faute, il a fermé Fessenheim. Je veux qu’à l’horizon 2050 qu’on soit 0 carbone. Les jeunes nous disent ‘sauvez la planète’. Je ne crois pas que le 50% nucléaire, 50% renouvelable soit un dogme. Il faudra mettre en place un vrai temps de relance nucléaire et développer les énergies renouvelables".

POUR VALÉRIE PÉCRESSE, LES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE SONT "NÉCESSAIRES"


Pour Valérie Pécresse, les sanctions contre la Russie sont "nécessaires". "L’objectif est d’obtenir un cessez-le feu", a-t-elle ajouté.


Toutefois, la candidate LR n'est pas favorable à un "embargo total sur le gaz et le pétrole". "Nous sommes aujourd'hui trop dépendants, il y aurait trop de conséquences pour les Français: l'augmentation du fioul, du gaz sont des sujets au cœur de la vie des Français. Il faut que le gouvernement fasse plus d'efforts pour compenses ces hausses de tarif".

VALÉRIE PÉCRESSE SUR LA GUERRE EN UKRAINE


C'est au tour de la candidate Les Républicains Valérie Pécresse de répondre aux questions sur la guerre en Ukraine. Elle a notamment dénoncé la posture "naïve de l'Europe". 


"On ne peut pas récrire l’Histoire. Mais je constate qu’il y a un certain nombre de pays qui avaient anticipé cette guerre, l'Europe a fait preuve de naïveté", a-t-elle estimé, ajoutant qu'il aurait fallu un "dialogue beaucoup plus soutenu avec Vladimir Poutine".


Concernant l'accueil des réfugiés ukrainiens, Valérie Pécresse a déclaré: "Je pense que nous devons accueillir des Ukrainiens, pas des étrangers de passages en Ukraine".

DES MESURES DE MARINE LE PEN POUR BAISSER LE PRIX DES CARBURANTS


Pour lutter contre l'explosion du prix des carburants, Marine Le Pen propose d'abaisser la TVA sur les énergies de 20 à 5,5%. "J'ai proposé cela dès le mois de septembre car [...] l'énergie est un bien de première nécessité et doit être taxé comme tel". Selon elle, cela permettra de rendre 12 milliards d'euros aux Français. 


Par ailleurs, la candidate RN estime que cette mesure n'est "plus suffisante". "J'ai donc ajouté à cette mesure la suppression des augmentations de taxes décidée par Emmanuel Macron", ajoute-t-elle. 


Ces deux mesures permettront de faire baisser le prix des carburants de 34 à 50 centimes par litre, affirme-t-elle. 

❌ LES VÉRIFICATEURS – LA HAUSSE DES PRIX DU BARIL SE TRADUIT-ELLE UN MOIS PLUS TARD A LA POMPE ? 


"Il y a des stations essences dans lesquelles le gazole a augmenté de 70 centimes en l’espace de 3 jours. Normalement, lorsque le pétrole monte, il y a au moins un mois avant que les prix (l’augmentation en réalité) soit répercutée à la pompe", a avancé Marine Le Pen. Or, c’est moins, d’après la Banque de France pour qui "l’ajustement est progressif mais rapide". 


Dans un rapport d’octobre 2021, elle indique que cela prend entre une semaine et une dizaine de jours pour que la hausse des coûts se traduise dans les prix à la pompe : "Suite à une variation du coût de la matière première, les prix des carburants s’ajustent progressivement. Il faut en moyenne 11 jours ouvrés pour observer 90% de la transmission d’une variation de coût aux prix et la répercussion totale aux prix des carburants prend environ 20 jours ouvrés. Toutefois, plus de la moitié de la transmission aux prix est déjà effectuée en une semaine."

MARINE LE PEN DÉFEND UNE RELANCE DU PROGRAMME NUCLÉAIRE


"Il y a eu des fautes politiques lourdes", fustige Marine Le Pen. "Au début de son mandat, Emmanuel Macron souhaitait la fermeture de 14 réacteurs nucléaires", accuse-t-elle. "Aujourd'hui, on se rend compte que le nucléaire est le meilleur moyen d'avoir une énergie décarbonée, à bas-coût et de ne pas dépendre du gaz et du charbon. Je souhaite donc faire un gros plan de relance nucléaire et investir dans l'hydro-électricité et l'hydrogène", argue la candidate du rassemblement National, qui ajoute vouloir "geler les chantiers actuels d'éoliennes". "Au fur et à mesure, on supprimera les parcs éoliens", précise-t-elle.

MARINE LE PEN SUR LES SANCTIONS CONTRE LA RUSSIE


Marine Le Pen déclare qu'elle ne souhaite pas que les sanctions infligées à la Russie après son invasion à l'Ukraine aient un impact sur le quotidien des habitants de l'Hexagone. "Je ne souhaite pas que les Français se fassent hara-kiri (sic) au motif de sanctions décidées par nos dirigeants et qui ne s'attacheraient pas à la vie quotidienne de nos compatriotes", met-elle en garde. "Mon obsession est la protection des Français. Je ne veux qu'ils perdent leur emploi, qu'ils se retrouvent avec l'incapacité de se chauffer, se nourrir ou de prendre la voiture pour aller travailler", assène la candidate du RN.

✅ LES VÉRIFICATEURS – MARINE LE PEN A-T-ELLE CONDAMNÉ LA GUERRE EN IRAK EN 2003 ? 


Marine Le Pen s'est félicitée de la "cohérence" de ses déclarations en condamnant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et en assurant avoir "également dénoncé l’envahissement de l’Irak par les États-Unis et la guerre qui avait été déclenchée en Irak". C’est vrai.


Dans une interview accordée au Grand Jury LCI-Le Monde–RTL en janvier 2003, Marine Le Pen ne voyait "absolument pas" de raison de faire la guerre en Irak : "Tout le monde est d’accord pour dire qu’il n’y a pas d’armes de destruction massive en Irak. À part Monsieur Bush (le président américain de l’époque, NDLR), qui se cherche une excuse. Quelle est donc la justification d'aller faire la guerre à ce petit peuple de vingt millions d'habitants, qui a déjà souffert dans des conditions insupportables depuis dix ans ?"

❌ LES VÉRIFICATEURS – AUCUNE REVALORISATION DU SMIC "DEPUIS DES ANNÉES"  ?


Face à la précarité de nombreux travailleurs français, Anne Hidalgo a milité, il y a quelques minutes, pour une augmentation du Smic. "Il y a des emplois, des travaux qui sont mal payés. Le Smic n’a pas été revalorisé depuis des années", a-t-elle déploré. Si la candidate socialiste a raison d'indiquer que le gouvernement n'a pas décidé d'augmentation exceptionnelle du salaire minimum, il ne faut pas oublier les revalorisations automatiques qui sont intervenues ces dernières années. 


Depuis 2010, le Smic est en effet revalorisé chaque 1er janvier afin de tenir compte de l'inflation. Et parfois même une seconde fois en cours d'année, là encore si une trop forte inflation le nécessite. Selon l'Insee, le montant brut mensuel du Smic est ainsi passé de 1.480,27 euros en 2017, à 1.603,12 euros au 1er janvier 2022.

MARINE LE PEN SUR LA GUERRE EN UKRAINE


Juste après la prise de parole d'Anne Hidalgo, c'est au tour de Marine Le Pen de répondre aux questions sur la guerre en Ukraine. "J'ai condamné, dès le début et de la manière la plus claire qui soit, cette invasion en Ukraine", a affirmé Marine Le Pen ce lundi sur TF1. "Je n'ai aucune ambiguïté", martèle-t-elle. "Mais je ne suis pas sûr que la tendance actuelle d'utiliser des mots de plus en plus brutaux, des menaces de plus en plus claires, soient susceptibles de permettre la paix", s'inquiète-t-elle. 


La cheffe de file du Rassemblement Nationale ajoute que Vladimir Poutine est un "autocrate", comme le sont les "dirigeants de l'Arabie Saoudite, du Qatar ou de la Chine". 

✅ LES VÉRIFICATEURS – PEUT-ON BLOQUER LES PRIX DE L’ÉNERGIE ? 


En matière de pouvoir d’achat et compte tenu de la guerre en Ukraine, Anne Hidalgo propose "que l’on bloque les prix de l’énergie pour passer ce cap (...) difficile". Or, selon le Code du commerce, “les prix des biens, produits et services sont (...) librement déterminés par le jeu de la concurrence”. Ce qui rend impossible le blocage des prix… sauf exceptions, nous apprend Les Surligneurs, un collectif d'enseignants-chercheurs en droit. 


Le gouvernement peut en effet, par décret, lutter “contre des hausses ou des baisses excessives de prix”, en cas de “situation de crise”, de “circonstances exceptionnelles”, de “calamité publique” ou de “situation manifestement anormale du marché dans un secteur déterminé”. Au contraire des “produits de première nécessité”,  une notion trop vague, les prix du gaz et de l’électricité correspondent bien à un “secteur déterminé”. Ce blocage ne peut toutefois pas excéder six mois.

POUVOIR D'ACHAT, RETRAITES : LES MESURES D'ANNE HIDALGO


Face à la crise de l'énergie, Anne Hidalgo propose une baisse de la TVA à 5,5% sur les carburants. Elle propose aussi de bloquer les prix de l'énergie. 


La candidate propose à plus long terme "une hausse du Smic" et l'égalité salariale hommes-femmes. 


Anne Hidalgo est opposée au report de l'âge légal de départ à la retraite à 65 ans, proposé par Emmanuel Macron. "Cette mesure pèserait sur les plus fragiles, qui mourraient avant de pouvoir profiter de la retraite. Je maintiens l'âge de la retraite à 62 ans et je fais en sorte que ceux qui ont des métiers difficiles puissent partir avant."

LA POSITION D'ANNE HIDALGO SUR LE NUCLÉAIRE


Anne Hidalgo : "Je ne suis pas pour une sortie brutale du nucléaire", explique la candidate, qui veut préparer une transition grâce aux énergies renouvelables. 

ANNE HIDALGO : "PAS DE COMPLAISANCE" POUR POUTINE


La candidate socialiste est la première à répondre aux questions sur la guerre en Ukraine. "Nous devons faire bloc au niveau européen. L'Europe est unie, il nous faut frapper Vladimir Poutine au portefeuille."


"Nous ne pouvons pas être dans la complaisance à l'égard d'un dictateur", ajoute la candidate PS. "Il y a pour moi un seul cap : une Europe, une Europe de la défense. La paix ne peut pas se faire au profit des oppresseurs."

LA PROFESSION DE FOI DE FABIEN ROUSSEL


Fabien Roussel : "Je ne suis pas venu ici pour vous dire que la vie est dure, vous le savez. Est-ce que ça peut changer ? Oui. Vous avez ce pouvoir de reprendre le pouvoir, notamment à la finance, de dire stop aux logiques de profits qui exploitent les femmes et les hommes de la planète."


"C'est la France des jours heureux que je propose."

LA PROFESSION DE FOI DE YANNICK JADOT


Yannick Jadot : "Le 10 avril, vous ferez un choix pour notre futur. Il est temps de faire face, de changer et d'agir. Nous sortirons des énergies fossiles. Le 10 avril, je vous propose de faire face, qu'ensemble nous disions changeons pour reprendre notre destin en main."

LA PROFESSION DE FOI DE JEAN-LUC MÉLENCHON


Jean-Luc Mélenchon veut en finir avec "la monarchie présidentielle". "Je me présente devant vous avec un programme complet et chiffré. Un autre monde est possible."

LA PROFESSION DE FOI D’ERIC ZEMMOUR


Eric Zemmour : "J'ai connu une France paisible, prospère et fière d'elle-même. Cette époque est révolue. La violence est partout et l'identité française s'efface. Je suis candidat pour que la France reste la France. Nous devons en finir avec l'immigration et rétablir l'ordre. Je ne suis pas un politicien professionnel et je ne vous trahirai jamais."

LA PROFESSION DE FOI DE VALÉRIE PECRESSE


Valérie Pécresse : "Les efforts diplomatiques sont restés sans effet. Nous devons changer de politique pour devenir plus souverains et plus puissants. Nous avons vu notre pays s'affaiblir depuis dix ans. Face à cette situation, il y a tant à reconstruire."


"Pour mener ce projet, il faudra du courage. Ce courage, je l'ai."

LA PROFESSION DE FOI D’ANNE HIDALGO


Anne Hidalgo : "Au moment où la guerre revient en Europe, nous devons faire bloc pour protéger notre pays, écarter les haineux. Nous devons faire bloc parce que les inégalités minent notre pays. Nous devons redonner confiance aux catégories populaires qui doutent."


"C'est l'heure du choix et vous méritez un débat respectueux, éclairé."

LA PROFESSION DE FOI D’EMMANUEL MACRON


Emmanuel Macron : "Depuis cinq ans, nous avons traversé beaucoup de crises. Le terrorisme, la crise sociale, l'épidémie, la guerre. À chaque fois, nous avons résisté, innové. Je sollicite à nouveau votre confiance avec une conviction, que nous pouvons y arriver. Devant tous ces risques, nous pouvons les surmonter si nous restons unis et si nous savons conduire les bonnes réformes."

LA PROFESSION DE FOI DE MARINE LE PEN


Marine Le Pen est la première à s'exprimer. Elle pointe "les faiblesses très lourdes" en France révélées, selon elle, par la guerre : dépenses énergétiques, dépendance agricole. 


"Je vous rendrai votre pouvoir d'achat et je vous rendrai votre pays", garantit la candidate.

✅ LES VÉRIFICATEURS ❌


Tout au long de l'émission, vous pourrez retrouver ici les propos des huit candidats passés au crible par l'équipe des Vérificateurs. Vous pouvez aussi rejoindre ce live grâce au QR code qui s'affichera sur votre écran pendant l'émission. 

ÉMISSION SPÉCIALE, MODE D'EMPLOI


Voici comment va se dérouler "La France face à la guerre", dont le coup d'envoi est donné maintenant. 

BONJOUR !


Bienvenue dans notre direct. Vous pourrez suivre ici, ainsi que sur TF1, "La France face à la guerre", émission spéciale à laquelle participent pour la première fois les huit candidats à l'élection présidentielle. 

À moins d'un mois du premier tour de la présidentielle 2022, TF1 vous a proposé ce lundi 14 mars une émission spéciale "La France face à la guerre". Une soirée événement à laquelle ont participé les huit principaux candidats à cette élection, soit, par ordre alphabétique : Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Marine Le Pen, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse, Fabien Roussel et Éric Zemmour.

Dans un contexte international exceptionnel avec la guerre en Ukraine et ses répercussions dans toute l'Europe, la campagne présidentielle est touchée de plein fouet. Cette actualité était donc au cœur de l'émission. Les candidats ont été interrogés sur les conséquences de la guerre en Ukraine sur les Français, mais aussi sur leurs propositions et leur vision de la France de demain.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info