Les élections régionales et départementales 2021

"S'il reste quelques bracelets anti-rapprochement..." : l'ironie de Le Pen sur Dupond-Moretti suscite l'indignation

La rédaction de LCI
Publié le 8 mai 2021 à 14h46
JT Perso

Source : TF1 Info

ELECTIONS REGIONALES - En dénonçant "l'obsession" d'Eric Dupond-Moretti à son égard, Marine Le Pen a ajouté - avec sarcasme - qu'elle serait preneuse d'un "bracelets anti-rapprochement en rab'". Une phrase qui suscite, depuis, l'indignation.

Un duel à distance qui dérape déjà. Au lendemain de l'annonce de la candidature d'Eric Dupond-Moretti dans le Pas de Calais pour les régionales, Marine Le Pen a commenté avec sarcasme l'arrivée de ce rival sur les terres du Rassemblement national. Mais le trait "d'humour" qu'a tenté la présidente du RN suscite l'indignation.  

"L’obsession que monsieur Dupond-Moretti a à mon égard commence à devenir relativement étrange. Il paraît qu’il reste quelques bracelets anti-rapprochement en rab', je suis preneuse", a déclaré Marine Le Pen depuis Hénin-Beaumont, où elle venait de participer à la cérémonie du 8 mai. Vendredi, le garde des Sceaux avait indiqué qu'il n'y avait pas de carence en bracelets anti-rapprochement et qu'ils n'avaient "pas vocation à rester dans les tiroirs". Une référence au féminicide survenu à Mérignac au cours duquel, une femme de 31 est morte brûlée vive, assassinée par son conjoint. Celui-ci, incarcéré désormais, n'était pas équipé de bracelet anti-rapprochement malgré plusieurs condamnations. 

"En référence à l'atroce féminicide de Mérignac madame Le Pen ironise sur la candidature d'Eric Dupond-Moretti en demandant s'il reste "un bracelet anti-rapprochement en rab' pour elle...! Un peu de décence en rab, peut-être, Madame ?", a tweeté la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa, ancienne secrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes. 

Des "provocations immondes, indécentes"

Lire aussi
Osez le féminisme : "Les propos de Marine Le Pen sont honteux"Source : TF1 Info
JT Perso

"Elle est prête à toutes les provocations immondes, indécentes, pour faire parler d'elle coûte que coûte", a réagi sur BFMTV l'eurodéputée Karima Delli (EELV), tête de liste de la gauche aux régionales dans les Hauts-de-France. "On ne fait pas de blagounette sur les féminicides", a estimé sur LCI Sandrine Rousseau, candidate à la primaire EELV pour la présidentielle.

Anne-Christine Lang, députée LaREM de Paris a considéré sur Twitter qu'"oser se comparer à une femme harcelée, battue, massacrée, c’est tout simplement indigne d’une responsable politique". "Vous insultez toutes les femmes Marine Le Pen", a-t-elle ajouté. Quant à Patrick Kanner, président du groupe PS au Sénat, il a jugé que cette petite phrase de la présidente du RN jetait "le discrédit sur ses ambitions locales et nationales. Les habitants des Hauts-de-France méritent mieux que ces dérapages nauséabonds"


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info