Salut nazi à l'Assemblée nationale : le député LaREM Rémy Rebeyrotte écope d'un rappel à l'ordre

L.C., avec AFP
Publié le 25 juillet 2022 à 16h37
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Le 12 juillet dernier, le député de la majorité Rémy Rebeyrotte a réalisé un salut nazi dans l'hémicycle.
Le geste servait à dénoncer, selon lui, celui d'un "grand gaillard" du RN dans l'hémicycle.
Ce lundi 25 juillet, il a écopé d'un rappel à l'ordre.

Il a reçu la plus petite sanction du règlement. Le 12 juillet, le député LaREM Rémy Rebeyrotte a fait un salut nazi dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale, mimant également une moustache hitlérienne à l'attention d'un élu RN. Moins de deux semaines plus tard, il a reçu, ce lundi 25 juillet, un rappel à l'ordre, a appris l'AFP auprès de la présidence de l'Assemblée. Une peine qui pourrait être alourdie par son groupe politique, qui doit par ailleurs décider d'une possible sanction.

Un geste "innaceptable"

Lors d'un vote sur le projet de loi sanitaire, où la majorité a été battue, "un grand gaillard du RN s'est levé en faisant le salut nazi à l'arrière des travées", s'est expliqué Rémy Rebeyrotte à l'AFP. Le parlementaire de Saône-et-Loire, qui a depuis présenté ses excuses, avait ainsi mimé le mouvement en lui disant qu'"il ne faut pas faire ça". 

La patronne du groupe RN Marine Le Pen a aussitôt demandé une sanction à l'encontre du macroniste. Des députés d'extrême droite ont également dénoncé une "invention" dans ce geste prétendu d'un élu de leur groupe.

Depuis, Rémy Rebeyrotte a été entendu par la présidente de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet, qui a décidé d'un rappel à l'ordre, premier niveau de sanction prévu par le règlement de l'institution. Il n'a pas été retrouvé de preuve visuelle d'un tel salut nazi par un député RN, auquel cas, les deux élus fautifs auraient été sanctionnés, un tel geste étant "inacceptable", indique le Palais-Bourbon.

Lire aussi

Dans un communiqué diffusé vendredi dernier, Rémy Rebeyrotte a déclaré : "Si le geste que j’ai commis pour stigmatiser un élu du FN (sic) a pu heurter des consciences, je veux m’en excuser". Mais "je ne renoncerai jamais au combat contre l’extrémisme, et notamment contre l’extrême droite, sa tentative de banalisation, ses valeurs xénophobes, haineuses, divisant l’Europe et la société française", a-t-il ajouté.


L.C., avec AFP

Tout
TF1 Info