Julien Bayou : une démission qui bouscule EELV

Sandrine Rousseau pourrait-elle succéder à Julien Bayou à la tête d'EELV ?

Justine Faure
Publié le 27 septembre 2022 à 17h10
JT Perso

Source : TF1 Info

Accusé de violences psychologiques par une ex-compagne, Julien Bayou a démissionné ce lundi de son poste de secrétaire national d’EELV.
Selon son avocate, Sandrine Rousseau a médiatisé et instrumentalisé l'affaire pour servir son "ambition politicienne" alors que le congrès du parti se tiendra en décembre.
Mais la députée pourrait-elle briguer la tête du parti ?

Julien Bayou n'est plus secrétaire national d'Europe Ecologie-Les Verts. Il ne l'aurait de toute façon plus été au mois de décembre prochain, date du congrès du parti qui doit élire un nouveau ou une nouvelle chef(fe). Mais la médiatisation d'accusations de violences psychologiques à son encontre ces derniers jours, dans la foulée de l'affaire Quatennens, a entraîné sa chute un peu plus tôt que prévu. Et ce lundi au cours d'une conférence de presse, l'avocate du député a accusé Sandrine Rousseau d'avoir médiatisé ces accusations (dont Julien Bayou avait parlé lui-même en juillet dernier, ndlr) à des fins politiques personnelles. 

"Julien Bayou constate avec amertume et colère l’instrumentalisation du juste combat contre les violences sexistes et sexuelles à des fins politiques", a déclaré Marie Dosé devant la presse. "Personne n’ignore que le congrès des écologistes se tient en fin d’année. L’ambition politicienne ne saurait justifier toutes les croisades."

Alors Sandrine Rousseau pourrait-elle se présenter à la présidence du parti ? La réponse est non. Les statuts d'EELV sur le cumul des mandats sont clairs, et cumuler le secrétariat national et le mandat de député n'est pas possible. "Concernant les membres du Bureau exécutif siégeant dans une Assemblée parlementaire, elles ou ils ne peuvent être en même temps secrétaire national.e, porte-parole, ou délégué.e aux élections", lit-on dans le règlement intérieur. D'ailleurs, le cas de Julien Bayou avait déjà fait débat après son élection à l'Assemblée nationale en juin dernier. Quand plusieurs écologistes, par exemple la porte-parole Eva Sas et le secrétaire national adjoint Jérémie Iordanoff, avaient choisi de quitter leurs fonctions internes au parti, Julien Bayou ne les avait pas imités. 

Lire aussi

Sandrine Rousseau soutient Mélissa Camara

En revanche, il n'est pas exclu que Sandrine Rousseau et ses alliés bénéficient de l'affaiblissement de la direction actuelle du parti. Un Julien Bayou affaibli pourrait causer du tort à la liste qu'il soutiendra, qui devrait être menée par la conseillère municipale d'Hénin-Beaumont Marine Tondelier. Derrière cette dernière se rangeront notamment l’ancien patron des Verts et eurodéputé David Cormand, la numéro deux du parti Sandra Regol, l’ex-députée Léa Balaje El Mariky et l'ex-candidat à l'élection présidentielle Yannick Jadot. Ce "courant" a déjà connu un revers ces derniers jours : le référendum interne pour simplifier l'organisation et adapter le parti à la "conquête du pouvoir" qu'il soutenait a été rejeté. 

Lors du prochain congrès, Sandrine Rousseau devrait, elle, se ranger derrière la motion défendue par Mélissa Camara, élue municipale lilloise. Cette dernière pourrait se rapprocher du porte-parole Alain Coulombel ou de l'élu parisien David Belliard, défenseurs d'une parole et d'une action moins "lisse" et "policée" que celle pour laquelle a opté le parti depuis l'élection présidentielle. 


Justine Faure

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info