Élection présidentielle 2022

Sapin, foie gras... les maires écolos enchaînent les polémiques à l'approche de Noël

LC
Publié le 12 décembre 2021 à 12h10
JT Perso

Source : TF1 Info

FÊTES - Avec Noël, les édiles verts enchainent les polémiques, refusant tantôt les sapins sur leurs parvis, tantôt les fois gras dans leurs cérémonies officielles. De quoi inquiéter Yannick Jadot, candidat des Verts à l'élection présidentielle ?

Les fêtes de Noël vont-elles devenir un poids pour les mairies écologistes ? Ce week-end, dans le 12e arrondissement de Paris, une dizaine d'habitants ont déposé un sapin sur le parvis de la municipalité "pour sauver Noël", contre l'avis de la maire. "On veut mettre des paillettes dans les yeux des enfants, pas des palettes", lancent-ils, "mécontents" de la décoration choisie par l'élue Europe Écologie-Les Verts Emmanuelle Pierre-Marie : un sapin en bois.

La décision municipale n'est pas sans rappeler celle du maire Vert de Bordeaux prise l'année passée. En septembre 2020, Pierre Hurmic assurait qu'il n'y aurait "pas d'arbre mort" dans la ville de Montaigne, justifiant des choix écologistes. Le "sapingate" avait alors rapidement pris une envergure nationale, notamment sur les réseaux sociaux. Un an après, l'édile a décidé d'imposer un cône de verre façonné à partir de matériaux recyclés. 

Le foie gras banni des réceptions officielles

Mais ces polémiques font-elles du bien aux Verts ? Depuis leurs arrivées, nombreuses, dans les mairies des grandes métropoles françaises, les maires écologistes ont décidé de s'attaquer au sapin de Noël devant la mairie, et récemment, à une autre tradition des fêtes de fin d'année : le foie gras, banni des réceptions officielles. Suivant ses homologues de Strasbourg et de Grenoble, le maire de Lyon, Grégory Doucet, assumait, début décembre, écarter ce produit "issu d'un élevage allant intégralement à l’encontre du bien-être animal", dénonçait-il.

Il n'en fallait pas plus pour susciter la colère de l'opposition. "Quelle est la prochaine étape ? Interdire la rosette ?", s’indignent les élus de droite du conseil municipal, quand l'ancien maire Gérard Collomb juge cette interdiction "dommage pour Lyon, capitale de la gastronomie."

Face au tollé, l'édile revient finalement sur ces propos. Dans une tribune publiée dans le Journal du Dimanche, Grégory Doucet assure, ce dimanche 12 décembre, qu'il n'appelle "ni au boycott, ni à une mesure d'interdiction". Il dit "mesurer et partager ce que cette période de fête représente pour les producteurs, les restaurateurs et les habitants", arguant "qu'aucun reproche n'est fait à la composition des menus des uns comme des autres". L'édile, veut toutefois, faire "évoluer les pratiques", argue-t-il.

Le candidat déclaré à la présidentielle Yannick Jadot soutient le maire lyonnais. "J'adore la gastronomie française et particulièrement le vin français, mais bio et nature, nous en profiterons tous à Noël !', justifie-t-il sur Europe 1. "L'interdiction -comme à Lyon - sert l'intérêt général, ça peut avoir du sens", ajoute-t-il, jugeant que le souci reste principalement "le gavage". S'il est élu à l'Élysée, Yannick Jadot promet de sortir de l'élevage industriel.


LC

Tout
TF1 Info