Sarkozy poursuit son tour du monde des conférences

Le service METRONEWS
Publié le 11 décembre 2014 à 17h45
Sarkozy poursuit son tour du monde des conférences

CASH MACHINE – Devenu président de l'UMP, Nicolas Sarkozy n'a pas abandonné son activité de conférencier de luxe. Depuis son départ de l'Elysée, il aurait empoché entre deux et trois millions d'euros.

Changement de casquette pour Nicolas Sarkozy. Selon Paris Match , l'ex-chef de l'Etat a abandonné, le temps d'une journée, sa nouvelle casquette de président de l'UMP pour ré-enfiler celle de conférencier de luxe. Il était le 6 décembre dernier à Doha (Qatar) pour livrer ses observations devant des invités triés sur le volet de la Qatar national bank.

L'hebdomadaire n'indique pas combien Nicolas Sarkozy a été rémunéré pour ce déplacement. Mais selon plusieurs médias, l'ancien président de la République toucherait un peu moins de 100.000 euros par conférence. Des anciens chefs d'Etat qui donnent des conférence sont payés entre 50.000 et 200.000 euros selon leur rang. Dans leur livre "Ca reste entre nous, hein" (Flammarion), les journalistes Nathalie Schuck et Frédéric Gerschel évaluent à 2 millions d'euros les gains de Nicolas Sarkozy depuis son départ de l'Elysée. En septembre, l'Obs évoquait le chiffre de 3 millions d'euros.

Des rencontres avec les chefs d'Etat

Des revenus importants qui, en coulisses, choquent quelques cadres de l'UMP, inquiets du mélange des genres orchestré par leur patron. Mais celui-ci est déterminé à poursuivre son activité, y compris en tant que chef de l'opposition. Le 14 octobre dernier, en pleine campagne pour la présidence de l'UMP, Nicolas Sarkozy n'avait pas hésité à s'éclipser en Corée du Sud pour une conférence au World Knowledge Forum.

Auteur de "Sa vie après l'Elysée" (L'Archipel), Patrice Machuret rapporte que Nicolas Sarkozy "profite" de ces déplacements "pour rendre visite à ses anciens homologues chefs d'Etat, au grand dam des cellules diplomatiques de l'Elysée et du Quai d'Orsay, souvent mises devant le fait accompli". Ainsi, Paris Match souligne que l'ex-président reconverti en conférencier a rencontré, samedi, l’émir du Qatar Tamim Al Thani.

"Je crois que c'est aussi une espèce de training de sportif. Prendre la parole, s'exprimer au pupitre, au micro. Il ne pouvait pas imaginer ne pas faire de discours pendant cinq ans", explique à l'auteur le député UMP Patrick Balkany, proche de Nicolas Sarkozy. Un training devenu superflu depuis sa reconquête de l'UMP.


Le service METRONEWS

Tout
TF1 Info