"Si vous pensez qu'il faut être un playboy pour être élu" : Édouard Philippe remporte le prix de l'humour politique

par A.B. avec AFP
Publié le 5 décembre 2023 à 22h02, mis à jour le 6 décembre 2023 à 7h32

Source : Sujet TF1 Info

L'ancien Premier ministre s'est vu décerner, mardi, le prix "Press club, humour et politique" 2023.
Une récompense glanée pour un trait d'esprit sur la transformation de son apparence physique du fait de maladies auto-immunes.
Il succède au patron du Parti communiste, Fabien Roussel.

C'est la deuxième fois qu'il remporte le prix. Édouard Philippe s'est vu décerner, mardi 5 octobre, le prix "Press club, humour et politique" 2023. L'ancien Premier ministre - et probable futur candidat à la présidentielle de 2027 - a été récompensé pour une petite phrase sur sa transformation physique du fait de sa maladie. "Si vous pensez qu'il faut être un playboy en France pour être élu, j'ai quand même quelques contre-exemples", avait déclaré le maire du Havre et président du parti Horizons lors de l'émission Quotidien sur TMC, le 27 mars dernier. 

Édouard Philippe était alors interrogé sur la perte de ses cheveux et de ses sourcils du fait d'une alopécie et d'un vitiligo, deux maladies qui provoquent la perte des cheveux et des poils, et une dépigmentation. Des affections qui n'ont aucun impact sur la forme physique et intellectuelle. L'ancien Premier ministre remporte ce prix pour la seconde fois, après 2019, où il avait été récompensé pour sa réplique à un journaliste qui lui demandant si tout remontait à Matignon. "Non, seulement les emmerdes...", avait-il alors répondu. 

Lors de la cérémonie, le maire du Havre a estimé que "l'autodérision, c'est aussi savoir sourire de choses qui vous arrivent et qui ne sont pas drôles", avant d'assurer qu'il avait "une prédisposition particulière à l'autodérision : j'habite au Havre, j'ai été fonctionnaire" ; et de promettre qu'il "continuerai(t) sans faille à (se) moquer de (lui)-même". 

Avec ce prix, Édouard Philippe succède au secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, qui avait déclaré en 2022 : "La station essence est le seul endroit en France où celui qui tient le pistolet est aussi celui qui se fait braquer". Le leader du PCF remporte d'ailleurs le "prix de la récidive" cette année avec sa phrase : "Il ne suffit pas de s'abonner à Pif pour connaître les intentions du gouvernement. Il faut aussi s'abonner à Playboy". Un tweet qui faisait allusion à la parution, l'hiver dernier à quelques jours d'intervalle, d'une interview d'Emmanuel Macron dans le magazine pour enfants suivie de celle de la ministre Marlène Schiappa dans celui pour adultes.

Le prix du jury, présidé par le journaliste Bernard de La Villardière, a été attribué à un autre ancien Premier ministre : François Fillon, pour sa phrase "si j'ai envie de vendre des rillettes sur la place Rouge, je vendrai des rillettes sur la place Rouge". Une déclaration effectuée en mai lors de l'audition de l'ancien candidat à la présidentielle par la commission d'enquête parlementaire de l'Assemblée nationale sur les ingérences étrangères, alors qu'il était interrogé sur ses liens avec Moscou. 

Le gouvernement de Mme Borne est aussi expert en justice que moi en régime amincissant.
Xavier Bertrand

D'autres récompenses ont été décernées lors de cette soirée. Le président de la région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a glané le prix de l'autodérision avec sa phrase "le gouvernement de Mme Borne est aussi expert en justice que moi en régime amincissant", et le syndicaliste Laurent Berger l'emporte dans la catégorie Meilleur espoir pour sa réflexion : "Les macronistes ne comprennent pas qu'on puisse avoir à la fois un salaire de merde et des convictions". Sandrine Rousseau a également reçu le prix de la Constance pour plusieurs sorties, dont son "que va faire Mbappé après 50 ans ?" en évoquant la retraite des sportifs dans le cadre de la réforme gouvernementale.

Enfin, Anne Hidalgo a été distinguée pour un trait comique involontaire lors de sa réponse à un conseiller de Paris qui la comparait à un roi Midas inversé transformant l'or en plomb : "Je n'ai plus de voiture, je ne sais pas à quel Midas vous faites allusion", avait alors rétorqué la maire de la capitale. 


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info