Réintégration des soignants non vaccinés : LFI retire sa proposition de loi et fustige le RN

par Justine FAURE
Publié le 7 décembre 2022 à 11h40
JT Perso

Source : TF1 Info

La France insoumise a annoncé ce mercredi retirer sa proposition de loi pour la réintégration des soignants non-vaccinés que le Rassemblement national souhaitait reprendre dans sa niche parlementaire.
"Les soignants suspendus n’ont pas vocation à servir les coups de communication du Rassemblement National", explique le mouvement.

La France insoumise refuse de faire le jeu du Rassemblement national. Piégé par le groupe de Marine Le Pen, qui a annoncé mardi son souhait de reprendre la proposition de loi de Caroline Fiat portant réintégration des soignants non vaccinés grâce à un protocole sanitaire renforcé dans sa niche parlementaire du 12 janvier, LFI a finalement annoncé ce mercredi qu'elle retirait son texte. "Les soignants suspendus n’ont pas vocation à servir les coups de communication du Rassemblement national", écrit le groupe LFI dans un communiqué diffusé ce mercredi matin.

"Nous condamnons fermement les mensonges visant à faire croire à un accord entre la France Insoumise et le Rassemblement National : il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais d’accord de notre groupe avec l’extrême droite", écrivent les députés LFI, alors que leurs partenaires de la Nupes les appelaient à retirer leur texte. "D’ailleurs, nous nous sommes opposés à la tentative du Rassemblement national de nommer un co-rapporteur issu de ses rangs sur notre texte de loi et nous avons obtenu que cette nomination soit rejetée par la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale", continuent-il. Il était en effet question que la députée Caroline Fiat défende de nouveau son texte dans la niche RN.

LFI déposera une nouvelle proposition de loi

La France insoumise annonce qu'elle déposera une nouvelle proposition de loi, "co-signée avec les députés ultramarins de tous les groupes politiques qui le souhaitent". Elle réclame également que le texte soit inscrit "dans les plus brefs délais à l’ordre du jour de la semaine de l’Assemblée nationale" qui aura lieu la semaine du 16 janvier et mettra à son programme des propositions de loi de plusieurs groupes choisies en conférence des présidents. Mardi, il avait notamment été décidé d'y inscrire un texte visant à créer une aide d'urgence pour les victimes de violences conjugales, défendu par la sénatrice centriste Valérie Létard et adopté par le Sénat en octobre, que le RN souhaitait également reprendre dans sa journée réservée mi-janvier. Mais la majorité doit donner son accord, car c'est elle qui a la main sur les textes inscrits à l'ordre du jour à cette occasion.

Lire aussi

En réponse, le Rassemblement national a publié son propre communiqué, dans lequel il dénonce l'"absence totale de considération pour la défense de l’intérêt général" de La France insoumise. "Les soignants suspendus, en particulier ceux d’outre-mer qui font cruellement défaut à nos compatriotes ultramarins, apprécieront le sectarisme de La France Insoumise", écrit le groupe présidé par Marine Le Pen. 


Justine FAURE

Tout
TF1 Info