Avec la crise des carburants, la popularité de Macron et Borne en chute libre

Publié le 21 octobre 2022 à 16h15, mis à jour le 21 octobre 2022 à 17h14

Source : Sujet TF1 Info

Plombés par la crise des carburants, Emmanuel Macron et Elisabeth Borne voient leur cote de popularité chuter.
Le chef de l'État recueille 36% d'opinions positives (-7 points), Elisabeth Borne 41% (-10 points) dans un sondage BVA pour RTL et Orange dévoilé ce vendredi.

Crise des carburants, 49.3 : le gouvernement traverse une mauvaise passe. Cela se traduit sur la cote de popularité des deux têtes de l'exécutif. Selon un sondage BVA pour RTL et Orange publié vendredi, celle d'Emmanuel Macron baisse fortement, de sept points sur un mois, avec 36% d'opinions favorables, et celle de la Première ministre Elisabeth Borne recule de dix points à 41%.

Ces baisses de popularité traduisent notamment un jugement sévère des Français sur la gestion de la crise des carburants par l'exécutif : plus de sept sondés sur dix (71%) estiment que le gouvernement "gère mal" cette crise, près d'un tiers (32%) estimant même qu'il la gère "très mal"

L'institut BVA repère plus largement une dégradation de l'image du président de la République "en baisse quasiment continue depuis sa première élection" en 2018 et qui "s'érode à nouveau sur l'ensemble des indicateurs testés" par rapport au printemps 2022. Ainsi, alors que 55% des Français estimaient encore en mars dernier que le chef de l'Etat avait "des convictions profondes" (73% en avril 2018), ils ne sont plus que 49% dans cette enquête. 41% des sondés estiment "qu'il sait où il va", soit une baisse de 7 points en quelques mois.

41% des Français seulement estiment qu'il est "capable de prendre les décisions qui s'imposent", soit une baisse de 12 points depuis mars, ce qui constitue, relève BVA, une autre évolution "notable et préjudiciable car c'était jusqu'à présent une force reconnue du président".

Enquête réalisée auprès d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogées par Internet les 19 et 20 octobre, selon la méthode des quotas.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info