Élection présidentielle 2022

Présidentielle : les intentions de vote pour Marine le Pen sont-elles surévaluées ?

Aurélie Loek
Publié le 8 avril 2022 à 8h41
JT Perso

Source : TF1 Info

À quelques jours du premier tour, Marine Le Pen n'a jamais été aussi haute dans les sondages pour un scrutin présidentiel.
Mais les instituts se sont plusieurs fois trompés dans leurs pronostics quand il s'agit du Rassemblement National.
Des erreurs notamment dues à l'abstention, qui concerne souvent l'électorat de Marine Le Pen.

Les sondages se trompent-ils une nouvelle fois ? Les intentions de vote n'ont jamais été aussi hautes pour Marine Le Pen et l'écart entre la candidate du Rassemblement National et Emmanuel Macron continue de se rétrécir. Les résultats sont cependant loin d'être certains et le premier tour dimanche pourrait aussi réserver des surprises. 

Car lors des précédents scrutins, le parti d'extrême droite s'est retrouvé avec des scores souvent plus bas que ce que les sondages avaient prévus, alors même que ceux-ci se révèlent assez efficaces pour prédire les résultats d'une élection. Le vote pour Marine Le Pen serait ainsi fréquemment surévalué.

De précédents scrutins surévalués

Les dernières régionales, en 2021, sont un rappel de cet échec. Alors même que le Rassemblement National était donné gagnant dans certains départements ou régions, notamment en PACA où la liste de Thierry Mariani était malgré tout arrivée en tête au premier tour avant d'échouer au second tour, ou dans les Pyrénées-Orientales, le parti de Marine Le Pen n'a pas remporté une seule région. 

Avant ce scrutin, la campagne municipale comme la précédente présidentielle avaient déjà vu les sondages surévaluer les scores de Marine Le Pen. En 2020, la prise de la mairie de Perpignan avait caché de plutôt mauvais résultats de la part du parti d'extrême droite

De même, en 2017, Marine Le Pen recueillait juste avant le premier tour entre 22,5% et 23% des voix, selon le dernier sondage rolling de l'Ifop ou l'enquête d'Odoxa et de BVA. La candidate obtient finalement un score de 21%. De même, avant le second tour, la candidate était donnée autour de 37% des suffrages, selon l'Ifop et l'Ipsos, à 38% pour Harris Interactive. Des prédictions qui ont dépassé de 3 à 4 points le résultat final de la représentante du Rassemblement National, qui recueillera finalement 34% des voix.

L'abstention : l'écueil majeur

Ces erreurs dans les prédictions par les sondages étaient expliquées par le représentant de l'Ipsos Stéphane Zumsteeg lors des résultats de la campagne régionale de 2021 par l'abstention qui empêche des prévisions fines. Or le Rassemblement National est particulièrement touché par ce phénomène. Car ce sont surtout les jeunes et les catégories populaires qui ne se rendent pas aux urnes, des citoyens sur lesquels le RN compte davantage que d'autres partis. 

"Quand on regarde le profil politique des Français, on constate qu'à peine un gros quart des électeurs de Marine le Pen s'est déplacé", analysait le sondeur en juin dernier. "Il y a incontestablement une dynamique Marine Le Pen qui est impressionnante dans les sondages d'opinion qui restent encore à concrétiser dans les urnes, car une partie de son électorat peut éventuellement s'abstenir", rappelait d'ailleurs sur LCI ce 7 avril 2022 le politologue et directeur du Cecop, Jérôme Jaffré.

Lire aussi

Ce problème de l'abstention semble bien pris en compte par le parti de Marine Le Pen. Lors de ses meetings, la candidate ne manque pas de rappeler à ses électeurs qu'il faudra se déplacer lors du premier tour. "Pas d'abstention, la mobilisation", martelé la candidate lors d'un rassemblement en Moselle, le 1er avril dernier. Pourtant, les sondages prévoient également une abstention record pour une élection présidentielle, qui est généralement le scrutin qui mobilise le plus. Or aujourd'hui, seul 72% des électeurs prévoient d'aller voter dimanche.


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info