Élections législatives : le camp présidentiel perd sa majorité absolue, poussée historique du RN

SONDAGE EXCLUSIF - Législatives : le premier tour pourrait connaitre une forte abstention

Aurélie Loek
Publié le 10 juin 2022 à 17h32
JT Perso

Source : JT 20h WE

Plusieurs études d'opinions montrent que l'abstention pourrait être élevée, dimanche, lors du premier tour des législatives.
Un sondage Ifop-Fiducial pour LCI l'estime à 54%.
En 2017 déjà, l'abstention avait atteint 57,36% au second tour, niveau jamais inégalé sous la Ve République.

Les Français vont-ils massivement bouder les urnes ? À quelques jours du premier tour des législatives, le 12 juin, les sondages de différents instituts d'études politiques montrent que la campagne mobilise peu les électeurs. Ainsi, une étude publiée ce vendredi par l'Ifop-Fiducial pour LCI estime que l'abstention pourrait atteindre, dimanche, les 54%. Une proportion en hausse par rapport à de précédentes études de l'institut de sondage.

"Les indicateurs sont tous au rouge"

Fin mai, l'Ifop-Fiducial donnait effectivement 52% d'abstention, dans une enquête pour le Journal du dimanche. Ce taux est passé à 54% la semaine suivante et se maintiendrait donc en l'état deux jours avant le premier tour. La mobilisation serait particulièrement basse chez les électeurs à la présidentielle de Marine Le Pen et d'Eric Zemmour.

En effet, le taux de participation au premier tour du scrutin, dimanche, des électeurs de Marine Le Pen à la présidentielle est estimé par l'institut à 44%. Il est de 49% pour les électeurs ayant choisi Eric Zemmour en avril dernier. La participation est un peu plus forte chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, puisqu'elle est estimée à 52%. Celle-ci reste faible cependant, malgré l'alliance conclue à gauche et l'effort du chef de file de la Nupes pour nationaliser le scrutin. A contrario, ce sont les électeurs d'Emmanuel Macron et de Valérie Pécresse à la présidentielle qui présentent les taux de participation les plus élevés, puisqu'ils sont estimés à 42%.

"Les indicateurs sont tous au rouge", observait auprès de TF1info le directeur général Opinion de l'Ifop, Frédéric Dabi, à propos de la mobilisation. "On s’attend probablement à un record" concernant l'abstention, abondait dans le même sens Bruno Jeanbart, vice-président d’OpinionWay, interrogé par Radio Classique. Selon lui, l'affaire Abad et la polémique du Stade de France pourraient contribuer à cette forte abstention. Et le sondeur de pointer "un désintérêt total depuis le début pour la campagne, qui s’est accentué au fur et à mesure".

Lire aussi

En 2017 déjà, l'abstention avait atteint 57,36% au second tour, niveau jamais inégalé sous la Ve République. Alors que le taux d'abstention semble augmenter, quelles que soient les élections, les législatives sont particulièrement sujettes au manque de mobilisation des électeurs, du fait de leur fonctionnement et de l'inversion du calendrier par rapport à l'élection présidentielle.


Aurélie Loek

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info