SONDAGE EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : Macron en tête, Zemmour et Le Pen au coude-à-coude, les candidats LR distancés

Publié le 7 novembre 2021 à 18h00, mis à jour le 8 novembre 2021 à 9h43

Source : TF1 Info

BAROMÈTRE - Un nouveau sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro publié ce dimanche donne Emmanuel Macron en tête au premier tour et vainqueur au second, quel que soit le cas de figure. Une enquête qui, pour la première fois, teste l'ensemble des candidats à l'investiture LR.

Emmanuel Macron devant dans tous les cas de figure. Selon le dernier baromètre Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro, paru ce dimanche, le chef de l'État - qui n'a toujours pas officialisé sa candidature à l'élection présidentielle 2022 - fait toujours la course en tête avec a minima un quart des intentions de vote au premier tour et la majorité des voix au second tour de l'élection présidentielle, et ce quel que soit son adversaire. Derrière lui, Eric Zemmour (16,5 à 18%) et Marine Le Pen (16 à 18%) restent au coude-à-coude.

Pour la première fois, les cinq prétendants à l'investiture Les Républicains, qui débattent lundi soir sur LCI, sont testés au premier tour. Résultat ? Xavier Bertrand obtiendrait 13% des suffrages (en recul de 2 points), Michel Barnier 10% (+2 points), Valérie Pécresse 9% (-1 point), Eric Ciotti 3% (-2 points) et Philippe Juvin 2% (non testé auparavant). Pour l'heure, à cinq mois du scrutin, aucun d'entre eux ne semble donc en mesure de se qualifier au tour suivant. 

undefinedundefinedLCI

À gauche, la dispersion des voix se confirme à nouveau, aucun des candidats ne dépassant le seuil des 10%. Jean-Luc Mélenchon reste devant avec 8 à 9%, suivi de Yannick Jadot (7%) et Anne Hidalgo (5 à 6,5%), Arnaud Montebourg (2,5 à 3,5%) et Fabien Roussel (2 à 2,5%). 

"Trois invariants"

"À cinq mois du scrutin présidentiel, la dernière enquête Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro confirme trois invariants", explique Frédéric Dabi, directeur général Opinion de l'institut. "En premier lieu, Emmanuel Macron demeure le principal favori à sa succession : nettement en tête dans toutes les configurations de premier tour avec a minima un quart des intentions de vote et vainqueur de l'ensemble des duels de second tour, le président "non encore candidat" bénéficie à plein de ce statut protecteur."

"Second invariant : la situation extrêmement compliquée à gauche", poursuit Frédéric Dabi. "À cinq mois du premier tour, le total des intentions de vote pour l'ensemble des candidats de gauche (25-26,%) se situe à un niveau historiquement bas. En outre, l'absence de leadership clair entre Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo empêche l'enclenchement de tout vote utile."

Pour la première fois dans notre baromètre, le polémiste devance Marine Le Pen dans une configuration de premier tour
Frédéric Dabi

"Enfin, la dynamique en faveur d'Eric Zemmour se poursuit", reprend le sondeur. "Pour la première fois dans notre baromètre, le polémiste devance Marine Le Pen dans une configuration de premier tour (17% contre 16% dans l'hypothèse avec Xavier Bertrand comme candidat) et fait jeu égal avec elle dans les autres (égalité dans l'hypothèse Pécresse, léger avantage à Le Pen dans l'hypothèse Barnier). Au coeur de cette nouvelle poussée, synonyme de qualification possible au second tour, réside la capacité d'Eric Zemmour à capter une part croissante de l'électorat frontiste (32% des électeurs de Marine Le Pen en 2017)."

"Cette sorte de "primaire sauvage" de la droite extrême semble éclipser les prétendants des Républicains, en lice pour l'investiture lors du congrès du 4 décembre", analyse encore Frédéric Dabi. "Xavier Bertrand obtient les intentions de vote les plus élevées au premier tour (13%) et apparaît toujours le plus proche d'une accession au second tour. Néanmoins, il subit un recul (-2 points), tout comme Valérie Pécresse, qui passe sous la barre symbolique des 10% (9% -1). Michel Barnier reste quant à lui stable avec 10%. Rappelons que ce rapport de forces à droite ne présume en rien du comportement des adhérents LR, seuls amenés à désigner leur candidat à la présidentielle."

L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 1358 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 1507 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d'agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 3 au 5 novembre 2021.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info