Selon une étude de la Fondation Jean-Jaurès publiée ce mercredi, le RN est le seul parti politique qui sort renforcé de la crise autour de la réforme des retraites.
Si de nouvelles élections législatives avaient lieu, il gagnerait 7 points par rapport à son score de juin 2022.
Cela alors qu'il s'est peu impliqué dans la contestation au projet de loi du gouvernement, et n'a pas participé aux manifestations.

Ses élus n'ont pas pris part aux manifestations contre le projet de loi du gouvernement, et ils sont restés très discrets au sein de l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Pourtant, le Rassemblement national apparaît comme le grand gagnant de la longue séquence qui s'est jouée autour de la réforme des retraites, où gouvernement, opposition de gauche et syndicats se sont affrontés à coup de mobilisations massives, coups d'éclat au Parlement et 49.3. C'est ce qu'explique la Fondation Jean-Jaurès dans une note publiée ce mercredi 4 avril.

Si de nouvelles élections législatives devaient avoir lieu après dissolution de l'Assemblée nationale, 26% des électeurs opteraient pour le parti d'extrême droite, alors qu'il avait réalisé un score de 19% aux élections de juin 2022. La Fondation Jean-Jaurès base une partie de son analyse sur un sondage Ifop pour le JDD réalisé en ligne les 20 et 21 mars auprès d’un échantillon représentatif de 1094 personnes selon la méthode des quotas, avec une marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points. "L'envolée du Rassemblement national est (...) spectaculaire pendant cette séquence des retraites, les intentions de vote augmentant de 7 points, si de nouvelles élections législatives devaient avoir lieu", détaille le groupe de réflexion.

Le RN ressemble "de plus en plus à un parti de gouvernement"

Surtout, le parti dirigé par Jordan Bardella voit son score augmenter chez les employés (+10 points) et chez les ouvriers (+5 points), devenant incontestablement le parti des classes populaires. "Mais ses scores augmentent aussi considérablement dans d’autres catégories de la population, jusqu’ici moins 'acquises' au Rassemblement national", à savoir les artisans, commerçants et chefs d'entreprise (+15 points), et les professions intermédiaires (+12 points). "C’est donc un double mouvement qui est en train de s’opérer actuellement : le Rassemblement national se renforce indéniablement dans des catégories de population où il était déjà auparavant extrêmement fort, mais est également en train de ramener à lui d’autres catégories de population, au point de ressembler de plus en plus à un parti de gouvernement", lit-on dans l'étude.

Auprès de l'AFP, son auteur Antoine Bristielle confirme que "le RN bénéficie de la séquence des retraites car il est à la fois perçu comme sérieux et antisystème dans l'opinion publique, et a affiché une attitude de compromis lorsque LFI a été vue comme trop radicale". Il estime également que cette crise bénéficie au parti de Marine Le Pen comme celle des Gilets jaunes lui avait permis de réaliser de meilleurs scores qu'attendus aux élections européennes de 2019. Le Rassemblement national sait capitaliser sur les crises politiques et sociales.

Dans un sondage  Toluna Harris Interactive pour Public Sénat et AEF Info publié lundi 28 mars, si les organisations syndicales arrivent en tête des acteurs en lesquels les sondés font confiance pour faire les bonnes propositions concernant la réforme des retraites (50%), la première force politique citée est le Rassemblement national (31%), cinq points devant le président de la République, six points devant les dirigeants de la Nupes, onze devant ceux des Républicains. 


Justine FAURE

Tout
TF1 Info