La députée EELV-Nupes Sandrine rousseau était l’invité d'Adrien Gindre, ce lundi 24 avril dans "Les Matins" de LCI.
L'élue de Paris a notamment souhaité au président Emmanuel Macron "d'aimer les Français" et de mieux parler d'écologie

Je lui souhaite d'aimer les Français, ce qui ne semble pas être le cas complètement." La députée EELV-Nupes Sandrine Rousseau, invitée d'Adrien Gindre ce lundi 24 avril dans "Les Matins" de LCI, est revenue longuement sur le malaise qui traverse le pays, invitant Emmanuel Macron à descendre de son piédestal. "Il avait eu cette réflexion [en 2021, après sa réélection] : J’ai sans doute appris à mieux aimer les Français, ce qui supposait qu'il partait de loin", tacle l'élue de Paris. "Emmanuel Macron  gère la France comme si c'était un secteur de marché", ajoute-t-elle.

On a besoin d'un président éduqué à l'écologie, on ne l'a pas
Sandrine Rousseau

Un an après sa réélection, la cote de popularité d'Emmanuel Macron est au plus bas dans les sondages. Les efforts déployés par le chef de l'État pour clore le chapitre des retraites et fixer de nouvelles perspectives de réformes n’impriment pas auprès des Français. Pour Sandrine Rousseau, la posture du président en est la cause principale."Quand on est dans une telle brutalité, un tel affrontement, on favorise, évidemment, quelque chose qui est de l’ordre de la colère pure", soutient l'élue, appelant Emmanuel Macron à un changement d'attitude. 

"Je pense qu’il n’en est pas capable, mais je l’invite à de la modestie, parce que la situation devient si tendue qu’elle devient explosive. Le peuple est dans une telle colère, un tel désespoir et un tel sentiment d’humiliation que les choses vont se tendre fortement", souligne-t-elle. "Il ne parle que de lui et moi j'aimerais qu'il parle du peuple", poursuit-elle, évoquant l'interview du chef de l'État, dimanche dans les colonnes du Parisien, où Emmanuel Macron dessine la suite de son mandat.

Enfin, la députée déplore le manque d'intérêt, selon elle, que le chef de l'État porte aux questions écologiques. "Il n'a toujours pas compris le caractère systémique de la crise écologique, à chaque fois qu'il est dans une crise, il annonce un truc écolo [...] Je n'en peux plus de cette manière de gouverner, on arrive au bout de la Ve", poursuit Sandrine Rousseau. "On a besoin d'un président éduqué à l'écologie, on ne l'a pas", ajoute-t-elle encore, avant de conclure : "On est en train de mettre en danger l'avenir de nos enfants parce qu'on ne veut pas entendre que nous avons besoin de changer notre manière de voir les choses."


M.D.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info