Élection présidentielle 2022

"Un crachat sur la tombe" : des familles de victimes du terrorisme écoeurées par les propos de Mélenchon

La rédaction de LCI
Publié le 7 juin 2021 à 13h57, mis à jour le 7 juin 2021 à 17h52
JT Perso

Source : La Matinale LCI

RÉACTIONS - Les propos de Jean-Luc Mélenchon faisant un lien entre terrorisme et élection présidentielle ont choqué les familles des victimes d'attentats. Ils dénoncent des propos "inadmissibles", "graves", et menacent de poursuivre en justice le leader des Insoumis.

Ses déclarations ont indigné la classe politique - à l'exception des Insoumis -, mais pas que. En tenant des propos jugés complotistes liant terrorisme et élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a causé la colère des familles des victimes d'attentats. Dimanche sur franceinfo, le leader de La France insoumise a déclaré : "Vous verrez que dans la dernière semaine de la campagne présidentielle nous aurons un grave incident, ou un meurtre. Ça a été Merah en 2012, l’attentat la dernière semaine sur les Champs-Élysées (…) Avant on avait eu papi Voise, dont plus personne n’a jamais entendu parler après." 

"Tout ça, c'est écrit d’avance. Nous aurons le petit personnage sorti du chapeau, nous aurons l’événement gravissime qui va une fois de plus permettre de montrer du doigt les musulmans et d’inventer une guerre civile. C’est bateau tout ça", a ajouté le député des Bouches-du-Rhône. 

Les propos de Jean-Luc Mélenchon sont inadmissibles

Latifa Ibn Ziaten

Latifa Ibn Ziaten, dont le fils militaire a été tué par Mohammed Merah en 2012, a très vite réagi sur Twitter. "Les propos de Jean-Luc Mélenchon sont inadmissibles et ne devraient même pas être tenus. Je suis la mère de Imad, militaire mort debout face à l’obscurantisme en mars 2012. Le respect, c’est un minimum pour l'honneur de mon fils, des autres victimes et des familles endeuillées", a-t-elle écrit.

"Ce sont les propos de quelqu'un qui a perdu tout sens des réalités et de la noble politique", a indiqué sur franceinfo Albert Chennouf-Meyer, le père d'un autre militaire tué par Mohamed Merah. Selon lui, l'insoumis "est dans le déni de tout ce qui concerne le terrorisme, notamment le terrorisme islamique".

Des poursuites judiciaires ?

Patrick Klugman, l'avocat de Samuel Sandler, qui a perdu son fils et ses deux petits-fils, tués par Mohamed Merah, s'est lui aussi montré outré. "Jean-Luc Mélenchon est parlementaire, chef de parti, candidat à l’élection présidentielle, à la charge suprême, à assurer la sécurité des Français, à se tenir à côté des victimes de terrorisme. Comment admettre ces propos ? C’est absolument inamissible. Samuel Sandler a pris ces propos comme un crachat sur la tombe de sa famille et sur son propre visage", a-t-il dénoncé sur BFMTV

Les propos du leader des Insoumis ont également été très commentés lors d'un autre procès qui s'est ouvert ce lundi matin à la cour d'Assise spéciale où sont jugés quatre complices présumés de l'assassin du policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées. "Tout le monde est navré. La dérive républicaine de Jean-Luc Mélenchon a déjà commencé voilà bien longtemps", a dénoncé Thibault de Montbirial, avocat de la famille de Xavier Jugelé sur LCI. "Mélenchon nourrit un complotisme insupportable". Le compagnon de Xavier Jugelé, Etienne Cardiles, a, lui regretté des propos "incendiaires et irréfléchis. Je suis sûr d'une chose : ce ne sont pas les mots d'un homme d'État".

Patrick Klugman a menacé l'Insoumis de poursuites judiciaires s'il ne retirait pas ses propos, "d'une extraordinaire gravité". "Si Jean-Luc Mélenchon ne se rétracte pas nous allons signaler ces propos au parquet car il en va de la responsabilité de la parole publique", a-t-il estimé.

Lors d'une intervention en direct sur YouTube ce lundi sur un autre sujet, Jean-Luc Mélenchon a dit "renouveler l’expression de [sa] compassion pour les victimes et les familles des victimes". 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info