Véhicules propres : l'Élysée et le ministère de l'Intérieur hors des clous

Publié le 10 mars 2023 à 12h53

Source : TF1 Info

L'ONG Transport & Environment (T&E) s'est penchée sur le renouvellement du parc automobile de l'État, en parallèle de celui des entreprises privées et des collectivités.
En 2022, "le constat est accablant" puisque ses services n'ont pas atteint les quotas légaux de verdissement des flottes.
Une obligation non respectée par l'Élysée et le ministère de l'Intérieur.

Faites ce que je dis mais pas ce que je fais. En France, la législation impose un quota de véhicules "verts" aux entreprises privées. Mais pas seulement. Les collectivités et l'État doivent aussi se soumettre à cette nouvelle donne. Or, il s'avère que, dans les faits, cette obligation de verdissement de la flotte automobile n'est pas respectée. "Le constat est accablant : en 2022, 66% des entreprises, 64% des collectivités territoriales et 87% des administrations de l'État n'ont pas atteint les quotas légaux de verdissement de leurs flottes", tacle l'ONG Transport & Environment (T&E), dans une étude mise en ligne jeudi 9 mars.

"Les données dévoilent un échec généralisé de la loi", déplore Léo Larivière, responsable du plaidoyer électrification des flottes à T&E France, qui s'appuie sur le premier bilan du niveau d'électrification, réalisé à partir de données officielles. "Les objectifs légaux sont pourtant peu ambitieux et faiblement contraignants. Ils incluent les hybrides rechargeables, considérés comme des véhicules 'verts' alors que ces derniers peuvent émettre 5 à 7 fois plus de CO2 en conditions réelles que les mesures officielles." 

La place Beauvau, mauvais élève du gouvernement

Pour trouver le meilleur exemple de cet "échec généralisé", il suffit d'aller voir jeter un œil au sommet de l'État, du côté de l'Élysée. "Aucune des voitures intégrées à la flotte élyséenne en 2022 n'est 100% électrique...", regrette l'association, selon qui le seuil de 50% de verdissement n'est pas atteint. En effet, sur les six véhicules ajoutés au parc de la présidence de la République, T&E France décompte "un diesel, deux essence, un hybride non rechargeable et deux hybrides rechargeables". 

Et ce n'est clairement pas mieux place Beauvau, à quelques centaines de mètres du palais présidentiel. Selon l'ONG, "le ministère de l’Intérieur fait figure de mauvais élève, avec seulement 2,7% de véhicules 'verts' immatriculés en 2022." 

En 2020, une enquête de TF1 montrait déjà que le parc automobile de l'État était encore très polluant. 90% était composé de voitures à moteur thermique. La part des voitures hybrides et électriques ne représentait que 5,5% et 4,5%, bien loin des 50% de véhicules propres fixés par la loi d'orientation des mobilités de 2019 et la loi climat et résilience de 2021. Trois ans plus tard, l'exécutif, qui invite tous les Français à se déplacer en polluant le moins possible, ne donne toujours pas l'exemple.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info