L'info passée au crible

Y a-t-il eu "plus de 1000 plans sociaux" depuis le début d'année, comme l'assure Jean-Luc Mélenchon ?

Felicia Sideris
Publié le 8 juin 2021 à 13h57
Y a-t-il eu "plus de 1000 plans sociaux" depuis le début d'année, comme l'assure Jean-Luc Mélenchon ?

Source : THOMAS COEX / POOL / AFP

ÉCONOMIE - Le leader LFI a assuré dimanche 6 juin qu'il y avait eu "plus de 1000 plans sociaux depuis le début d'année". C'est faux, mais les chiffres des ruptures de contrats n'en restent pas moins alarmants.

Jean-Luc Mélenchon est sous les feux de l'actualité. Quitte à en faire oublier le reste de ses propos dans l'émission "Questions politiques". Car indépendamment de son dérapage jugé complotiste liant terrorisme et élection présidentielle, le leader de gauche a également tenu à évoquer d'autres sujets qui lui tiennent à cœur. 

Ce dimanche 6 juin, il avait ainsi abordé la question de l'épidémie et de la "casse sociale" liée à la crise sanitaire, accusant le ministre de l'Économie de vivre dans un autre "monde". Parmi les arguments, Jean-Luc Mélenchon a assuré qu'il  y avait eu "plus de 1000 plans sociaux depuis le début d'année". Qu'en est-il réellement ? 

Plus de 280 plans de sauvegarde de l'emploi

Ce chiffre est faux. Pour en savoir plus, il faut se tourner vers la Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques (Dares). Dans son dernier point sur la situation sur le marché du travail durant la crise sanitaire, publié le 31 mai 2021, le service des statistiques du ministère du Travail écrit très clairement qu'il y a eu 281 "procédures de PSE", depuis le 1er janvier. PSE, acronyme de "plans de sauvegarde de l'emploi", c'est le nouveau nom donné aux plans sociaux. On peut également ajouter à ce chiffre celui des licenciements collectifs pour motifs économiques. On en compte 2617 depuis le 1er janvier.  C'est trois fois moins que les "1000 plans sociaux depuis le début d'année" évoqués par le candidat à l'élection présidentielle.

Lire aussi

Cependant, le leader de LFI n'a pas créé ce chiffre de toute pièce. Celui-ci représente en réalité le nombre de plans sociaux, depuis le début de la crise sanitaire. Du 1er mars 2020 au 24 mai 2021, la Dares a enregistré 1041 PSE. Ce qui correspond tout de même à 113.000 ruptures de contrat de travail depuis le début le mois de mars 2020. Les secteurs les plus impactés sont celui de l'industrie manufacturière, suivi par celui du commerce et de la réparation automobile, puis par celui du transport et de l'entreposage.

Il est également vrai que ce chiffre est faramineux, a fortiori si on le compare aux années précédentes, comme l'illustre le graphique ci-dessous. Dans son trentième rapport, la Dares estime ainsi que les plans sociaux prévus depuis janvier 2021 représentent 43.000 ruptures de contrat de travail. C'est "trois fois plus" que sur la même période en 2020. 

Évolutions du nombre hebdomadaire de ruptures envisagées de contrats de travail dans le cadre d'un PSE, en 2019, 2020 et 2021, rapport du 31 mai 2021 - Dares

Alors pourquoi Bruno Le Maire s'est-il félicité qu'il n'y a "pas eu de casse sociale" en France pendant l'épidémie ? Car le nombre de défaillances d'entreprises n'a pas explosé. Au contraire, comme nous l'écrivions ici, il a diminué par rapport à l'an dernier. Et ce grâce aux nombreuses aides mises en place par le gouvernement. Reste à voir, une fois la fin du "quoi qu'il en coûte", si cette réalité sera toujours la même. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr


Felicia Sideris

Tout
TF1 Info