La Nupes, l'alliance de gauche à l'Assemblée nationale

À quoi ressemblera la "marche contre la vie chère" organisée par la Nupes ce dimanche ?

J.F
Publié le 16 octobre 2022 à 6h47
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Les quatre composantes de la Nupes marcheront ce dimanche 16 octobre à Paris, contre la vie chère et l'inaction climatique.
Entre 20.000 et 30.000 manifestants sont attendus par les autorités.
Ils revendiqueront hausse des salaires, retraite à 60 ans, taxe sur les superprofits ou encore des investissements pour une "bifurcation écologique".

La Nupes appelle les Français à se réunir et à marcher contre la vie chère et l'inaction climatique ce dimanche 16 octobre à Paris. Entre 20.000 et 30.000 manifestants sont attendus par les autorités, indique ce dimanche une source policière à TF1 et LCI, craignant notamment une intrusion de 200 à 400 membres de la mouvance d'ultra-gauche et de black blocs. 

Cette manifestation a été initiée par La France insoumise, le Parti socialiste, Europe Ecologie-Les Verts et d'autres organisations politiques et associatives pour faire pression sur le gouvernement alors que l'inflation s'envole et que l'hiver s'annonce difficile d'un point de vue énergétique. Une centaine de cars au départ de villes de province ont été affrétés vers Paris. Le départ du défilé est prévu à 14 heures sur la place de la Nation, direction Bastille, via la rue du Faubourg Saint-Antoine. 

Alors qu'il ne souhaitait pas participer, le PCF a finalement confirmé sa participation il y a une semaine, si bien que toutes les composantes de la Nupes défileront ensemble.

En revanche la CGT ne sera pas présente. Son leader, Philippe Martinez, en plein bras de fer avec TotalEnergies et Esso-ExxonMobil, qui a organisé deux marches au mois de septembre et a appelé à la grève générale mardi prochain, a de nouveau expliqué sa position ce vendredi sur franceinfo. Il estime que les revendications de dimanche contre la vie chère et l'inaction climatique n'ont rien à voir avec celles de son syndicat, "pour l'augmentation des salaires. Cette nuance est importante". Aussi, il estime qu'organiser un rendez-vous social le dimanche "limite le nombre de grévistes", tout comme le fait de regrouper tout le monde à Paris. "Nous préférons la proximité, près des entreprises, dans les villes moyennes", a-t-il expliqué sur franceinfo.  

Enfin, pour Philippe Martinez c'est aux syndicats de mener la lutte sociale et de défiler dans la rue. "Il faut que les syndicats, dans leurs domaines, puissent agir. On accepte les soutiens mais on ne veut pas se faire dicter un certain nombre de choses par les partis politiques", expliquait-il le 22 septembre sur LCI. C'est d'ailleurs pour cette même raison que l'écologiste Yannick Jadot ne défilera pas dimanche aux côtés de la Nupes. "Vu la brutalité de la crise, notre priorité devrait être de construire le mouvement social avec les syndicats", a-t-il déclaré auprès de Libération. "Je ne reproche à personne d’aller à cette marche, mais j’aurais préféré qu’on mette autant d’énergie pour soutenir le mouvement organisé par les syndicats le 29 septembre."

Parmi les revendications : hausse des salaires, retraite à 60 ans, taxe sur les superprofits

Si la marche veut donc s'attaquer à la vie chère et à l'inaction climatique, Jean-Luc Mélenchon a prévenu qu'elle serait une "mise en cause globale de la politique du régime macroniste". "Combattre frontalement la caste au pouvoir est notre seul horizon compte tenu de la violence de l’agression qui se déploie sur le front des allocations chômage et du système de retraite", écrit-il dans une note de blog. Il juge que "d’une façon ou d’une autre, la marche du 16 octobre est le moment clef de la séquence politique, car c’est celui qui montrera le rapport de force central de la société : Macron contre le peuple/le peuple contre Macron"

Parmi les autres revendications mises en avant par les partis de gauche figurent la hausse des salaires et des minimas sociaux, le blocage des prix de l'énergie et des produits de première nécessité, l'instauration d'une taxe immédiate sur les superprofits, un investissement "massif" pour une "bifurcation écologique", ou encore la retraite à 60 ans.

Lire aussi

La dispersion de la manifestation est prévue autour de 20 heures sur la place de la Bastille. Cette marche doit être l'occasion pour la Nupes de se relancer après plusieurs semaines marquées par les polémiques à répétitions, sur le barbecue, la valeur travail ou encore les affaires Quatennens et Bayou. 


J.F

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info