Assemblée nationale : le RN présent en force avec 89 députés

Le doyen RN de l'Assemblée évoque l'Algérie française, la gauche indignée

La rédaction de TF1info
Publié le 28 juin 2022 à 18h09, mis à jour le 28 juin 2022 à 18h20
JT Perso

Source : TF1 Info

Ce mardi, à l'occasion du discours inaugural de la XVIe législature tenu par le doyen des députés, l'élu RN José Gonzalez a fait une référence à l'Algérie française.
Cette référence a suscité un tollé du côté des élus de la Nupes.

C'est le doyen des députés, José Gonzalez (RN), 79 ans, qui a donné, à 15H ce mardi, le coup d'envoi des travaux de la nouvelle Assemblée dans laquelle les macronistes n'ont pas la majorité absolue.

"Je déclare ouverte la XVIe législature de l'Assemblée nationale", a-t-il lancé, avant de prononcer la constitution du bureau d'âge, composé des six plus jeunes députés. À commencer par le benjamin, le Polynésien indépendantiste Tematai Le Gayic, 21 ans, vêtu d'un lavalava, une tenue traditionnelle océanienne qui peut s'apparenter à une jupe longue.

Dans sa brève allocution, l'élu du Rassemblement national élu dans la 10e circonscription des Bouches-du-Rhône a salué un "symbole d'unité française" avec la réunion de tous les députés, et a évoqué avec émotion l'Algérie, sa terre natale à laquelle il a été "arraché". "J'ai laissé là-bas une partie de ma France", à l'indépendance de l'Algérie en 1962, a-t-il affirmé, s'interrompant un instant sous le coup de son émotion. 

Celui qui se présente comme "l'enfant d'une France d'ailleurs" et "un homme qui a vu son âme à jamais meurtrie par le sentiment d'abandon et les périodes de déchirement", a ensuite lancé le vote à bulletin secret - dans une urne à la tribune - pour la présidence de l'Assemblée. 

Aux applaudissements se sont ajoutées les critiques de plusieurs parlementaires de la Nupes. La secrétaire nationale adjointe d'EELV Sandra Regol s'est dite "abasourdie" par ce discours. Marie Pochon, la députée de la Drôme, a tweeté  : "Ouverture de la XVIe législature et applaudissements nourris pour le discours du doyen de l'Assemblée (RN) en forme d'ode à l'Algérie Française. Angoisse." 

L'écologiste Julien Bayou s'est dit "heurté", même si le doyen a été "prudent et a évoqué son cas personnel". "C'est vraiment problématique. Nous, on n'a pas applaudi". Sur Twitter, la députée écologiste Sabrina Sebaihi a fustigé un "jour de honte". "Avec une telle banalisation, jusqu'où ira-t-on ?".  "Horreur et dégoût", a lancé son collègue LFI Thomas Portes. "C'était assez gênant", a aussi jugé le socialiste Olivier Faure devant la presse.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info