VIDÉO - Coupe de France : malgré les sifflets, une contestation discrète durant le match

Publié le 30 avril 2023 à 8h08, mis à jour le 30 avril 2023 à 10h16

Source : TF1 Info

Samedi, Toulouse a remporté la Coupe de France devant un stade de France au complet.
Cartons et sifflets distribués, puis saisis à l'entrée, le mouvement de contestation espéré n'a guère été audible.
55 personnes ont été interpellées au cours de la soirée.

"De Nantes à Toulouse, pour Macron, c'est carton rouge !". Des militants syndicaux, postés samedi près du Stade de France, ont distribué aux supporters de quoi siffler le président de la République lors de la finale de la Coupe de France de football, remporté 5-1 par Toulouse. Mais le mouvement de contestation espéré n'a guère été audible, 49 minutes et 30 secondes après le début du match, alors que Toulouse dominait déjà largement par 4 buts à 0.

La distribution de cartons rouges et de sifflets en plastique avait démarré plusieurs heures avant le coup d'envoi, à la sortie des stations de métro et de RER desservant l'enceinte sportive - qui accueillait samedi un peu plus de 78.000 spectateurs. Une distribution rendue possible par la suspension, peu de temps auparavant, de l'arrêté préfectoral interdisant cette manifestation. Un chapelet de sifflets rouges autour du cou, les opposants à la réforme des retraites haranguaient les voyageurs avec des slogans bien rodés. 

Il faut dissocier la politique et le football
Un supporter du FC Nantes

Par cette initiative, l'intersyndicale, toujours vent debout contre la réforme des retraites récemment promulguée, voulait profiter de la venue du chef de l'État au Stade de France pour inciter les spectateurs à l'interpeller, si possible 49 minutes et 30 secondes après le début du match.  

On récupère tous les sifflets
Un responsable de la sécurité du Stade de France

Tout en autorisant l'ensemble de l'action syndicale, le tribunal administratif n'a toutefois pas contesté l'interdiction des sifflets à l'intérieur du Stade, qui relève du règlement de la Fédération française de football. Et de fait, une fois passée l'entrée, "on récupère tous les sifflets", glissait un responsable de la sécurité. Voire les cartons rouges : un jeune supporteur de Nantes, qui avait entrepris d'en distribuer une liasse dans les tribunes, se les est faits confisquer. "J'ai des consignes", a commenté le stadier. 

55 interpellations

Quoi qu'il arrive, à la 49e minute, "même sans sifflet, on est capable de faire du bruit", affirmait Marco, un ingénieur de 23 ans, venu soutenir Toulouse. Pour sa compagne Emilie, 24 ans, "on a bien le droit, a minima, de siffler un président qui n'écoute pas son peuple". Pourtant, au moment prévu, peu de cartons rouges ont été brandis, et seuls quelques timides sifflets se sont fait entendre, rapidement couverts par les chants des supporters. La confiscation de ces objets à l'entrée peut, en partie, expliquer ce pétard mouillé. 

Quant au président Macron, qui avant le match avait salué les joueurs des deux équipes à la sortie des vestiaires, il n'est pas descendu sur la pelouse comme le veut parfois la coutume, et est resté dans la tribune après la rencontre pour remettre le trophée aux Toulousains.

Selon un bilan transmis dimanche à TF1/LCI, 55 personnes ont été interpellées en marge de cette finale de Coupe de France qui a attiré 73.556 spectateurs. 


La rédaction de TF1info avec AFP

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info