L'ombre des coupures de courant plane sur la France

Risques de coupures d'électricité : l'opposition tance "la responsabilité du gouvernement et d'Emmanuel Macron"

J.F
Publié le 6 décembre 2022 à 18h16
JT Perso

Source : TF1 Info

Emmanuel Macron a critiqué ce mardi "les scénarios de la peur" partagés par l'opposition face aux risques de coupures d'électricité cet hiver.
Ses adversaires pointent du doigt sa responsabilité et refusent d'infantiliser les Français, alors que l'exécutif considère que chacun doit faire attention à sa consommation.

Ces dernières semaines, le gouvernement prépare les Français à subir des coupures de courant au cours de l'hiver. Pourtant, ce mardi, Emmanuel Macron a critiqué "les scénarios de la peur" partagés par l'opposition face aux risques de coupures d'électricité cet hiver, en assurant que la France allait "tenir" si chacun faisait "son travail". Ses adversaires n'ont pas manqué de critiquer la communication du gouvernement, de pointer du doigt sa responsabilité, et refusent de rejeter la faute sur les Français alors que l'exécutif les appelle à faire attention "collectivement".

"Les gens qui sont sous respirateur artificiel et dont la vie est mise en cause par l'arrêt de ce respirateur artificiel ne sont pas essentiels au gouvernement", s'est indignée la cheffe de file des députés Rassemblement national, Marine Le Pen en conférence de presse pour présenter sa niche parlementaire, en dénonçant dans des coupures "l'extraordinaire régression de notre pays"

"Cette situation nous inquiète", a ajouté la présidente du groupe RN, alors que depuis Elisabeth Borne a critiqué des "propos maladroits" d'Enedis sur les malades à domicile qui pourraient subir d'éventuelles coupures d'électricité, et que l'exécutif est en colère contre le porte-parole de l'entreprise qui a agité cette peur. "Ce n'est pas son boulot de dire ce qu'on fait des gens qui ont un respirateur" s'est agacé un proche du président auprès de TF1 et LCI. 

Si le travail avait été fait depuis six ans, nous aurions de quoi passer l'hiver sans coupures."

Matthias Tavel (LFI)

Mais à gauche, plus globalement, on pointe du doigt la responsabilité du gouvernement et son inaction en matière énergétique. "Ce gouvernement n'a pas fait le travail sur la sobriété, les rénovations énergétiques des bâtiments, les renouvelables", a estimé le député LFI Matthias Tavel en conférence de presse. "La responsabilité du gouvernement et d'Emmanuel Macron est totale. Les coupures, c'est Macron", "si le travail avait été fait depuis six ans, nous aurions de quoi passer l'hiver sans coupures", a-t-il estimé. La France insoumise propose plutôt de couper court aux publicités lumineuses ou d'obliger les entreprises à éteindre leurs bureaux la nuit.

La députée écologiste de Paris Sandrine Rousseau a suggéré sur BFMTV de couper l'électricité "dans des infrastructures extrêmement consommatrices comme les aéroports" ou les supermarchés, mais de "garder les écoles ouvertes", estimant que la "colère des personnes en très grande précarité et qui ont froid chez elles" est "inouïe".

Le gouvernement accusé de "générer la peur"

"Nous accusons le président de la République de n'avoir rien fait pendant les 8 dernières années pour nos capacités de production" en énergie, a dénoncé le député du groupe Gauche démocrate et républicaine Sébastien Jumel lors des Questions au gouvernement. Il accuse l'exécutif de "générer la peur au lieu de gérer la crise". "Nous refusons que la vie des gens, de nos enfants soit la variable d'ajustement de votre impréparation", a-t-il déclaré. "Vous infantilisez les Français, vous les humiliez."

Lire aussi

C'est également l'avis des écologistes. "Il faut arrêter d'infantiliser les Français. Ce qui les rassurerait, ce serait de savoir qu'on sait prévoir", a jugé la cheffe des députés EELV Cyrielle Chatelain. "Je suis interloquée par cette fausse colère qui montre l'impuissance totale du gouvernement", a-t-elle ajouté à propos de la déclaration du chef de l'État."Envoyer des ministres parler des coupures, faire paniquer les gens pour après apparaître comme celui qui rassure, ce n'est pas sérieux", a abondé Benjamin Lucas. "La communication à outrance doit s'arrêter."


J.F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info