La France touchée par une cinquième vague de Covid-19

Jean-Michel Blanquer a annoncé le protocole sanitaire de la rentrée... depuis Ibiza

M.G
Publié le 18 janvier 2022 à 6h07, mis à jour le 18 janvier 2022 à 6h15
JT Perso

Source : TF1 Info

POLÉMIQUE - C'est depuis Ibiza, où il était en vacances, que le ministre de l'Education a annoncé le nouveau protocole sanitaire dans les écoles, le 2 janvier, indique lundi Mediapart. Des révélations qui ont suscité un tollé dans les rangs de l'opposition.

Des révélations qui ont déclenché un torrent de critiques. Ce lundi, le site d’investigation Mediapart a révélé que Jean-Michel Blanquer était... à Ibiza au moment d'annoncer les nouvelles mesures sanitaires contre la propagation du variant Omicron, le 2 janvier. Outre le timing - à quelques heures de la rentrée - ce choix du ministre de passer par une interview (d'abord payante) au journal Le Parisien avait déjà fait des vagues. Or, explique le journaliste de Médiapart Antton Rouget sur LCI "il n'y a pas eu de communication officielle car Jean-Michel Blanquer n'est rentré que la veille de la rentrée scolaire" des Baléares.

Ces nouvelles révélations ne devraient pas donc arranger la situation du pensionnaire de la rue de Grenelle, que l'on dit isolé au sein du gouvernement ces dernières semaines. "Jean-Michel Blanquer a respecté les règles : être à moins de deux heures de Paris, en Europe et joignable", défend toutefois l'exécutif, joint par LCI. "Ce n’est pas parce qu’il n’était pas là qu’il n’était pas au travail, qu’il n’était pas connecté et loin de ce qu’il se passait", indique par ailleurs son entourage dans les colonnes de Médiapart. 

"La confiance n'est plus possible"

Le ministre, déjà plus en odeur de sainteté auprès de nombreux professeurs et représentants de l'Éducation nationale, a été sévèrement attaqué par les oppositions. À gauche, les Insoumis demandent sa démission. "Avec ce gouvernement, même le protocole sanitaire a été délocalisé ! Blanquer "en même temps" sous le soleil d'Ibiza... et à son bureau. Quel talent !", raille  Clémentine Autain (LFI) sur Twitter. Chez les socialistes, Olivier Faure fustige une "improvisation" née d’un mensonge. "La confiance n’est plus possible", lance-t-il. 

La décence exigerait que vous partiez de vous-même et maintenant

Aurélien Taché

Même son de cloche chez les écologistes. "Au lieu de préparer avec les enseignants et les parents d’élèves une rentrée sous Covid, le ministre organisait un coup médiatique les pieds dans le sable. Ce niveau de mépris et d’irresponsabilité n’est pas acceptable", s'émeut Yannick Jadot, candidat à l'élection présidentielle. "La décence exigerait que vous partiez de vous-même et maintenant", interpelle le député Aurélien Taché, évoquant un comportement "vraiment scandaleux".

Partisan de Valérie Pécresse, qui avait préconisé un report de la rentrée scolaire, Pierre-Henri Dumont  ironise : "Si Jean-Michel Blanquer avait suivi nos conseils, il aurait pu rester une semaine de plus à Ibiza…"

Chef de file des mouvements de contestation contre les restrictions sanitaires, Florian Philippot n'a pas non plus manqué l'occasion d'égratigner le gouvernement. "Les macronistes font vivre un enfer aux Français, en particulier aux enfants à l’école, et on apprend ce soir que le ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer, lui, gère tout ça depuis Ibiza ?!", s'offusque l'élu d'extrême droite. "Démission immédiate !", réclame-t-il sur les réseaux sociaux. 


M.G

Tout
TF1 Info