Au Salon de l'agriculture, Attal dénonce le "cirque médiatique et politique"

par M.G
Publié le 25 février 2024 à 21h57, mis à jour le 26 février 2024 à 0h00

Source : TF1 Info

Venu célébrer, sans l'avoir annoncé, les 60 ans du Salon de l'agriculture, Gabriel Attal en a profité pour prononcer un court discours très politique.
Le Premier ministre n'a pas épargné, entre les lignes, le président du Rassemblement national, venu quelques heures plus tôt Porte de Versailles.

Ils se rendent coup pour coup. Quelques heures seulement après la visite de Jordan Bardella au Salon de l'agriculture, elle-même consécutive à la venue d'Emmanuel Macron samedi, Gabriel Attal a sévèrement égratigné son rival du Rassemblement national. Sans jamais le nommer. "Les Français ne sont dupes de rien : ni de l'instrumentalisation, ni du mensonge, ni de la poudre aux yeux. Nous ne sommes pas ici au cirque. Le Salon n'est pas un cirque médiatique, ni un cirque politique, ni un cirque militant. Notre agriculteur, nos bêtes, ne sont pas un décor de campagne", a dénoncé le Premier ministre depuis la Porte de Versailles. 

Le pensionnaire de Matignon s'en est aussi pris aux idées jugées isolationnistes du Rassemblement national pour le monde agricole. "L'exception agricole ne doit en aucun cas être synonyme d'une fermeture. Renoncer à commercer, c'est condamner notre agriculture à sombrer. Nous couper du monde, personne ne peut y croire ou le souhaiter", a-t-il martelé. "Il en va de la PAC comme du commerce international, mon gouvernement est et sera constant : il est pour la PAC, que l'on doit évidemment réformer, il est pour le commerce international, que l'on doit évidemment encadrer", a-t-il poursuivi. "Notre ennemi, ce n’est pas l’étranger, c’est la loi du marché débridée".

Une 60e édition qui restera dans les annales

Invité à une soirée dans l'espace "La Serre" en présence des principaux dirigeants du secteur pour fêter les 60 ans du Salon de l'Agriculture, l'ancien ministre de l'Éducation nationale estime que "l'on se souviendra très longtemps de cette édition". "Les vœux que je veux prononcer, c'est que l'on s'en souvienne non pas comme un moment de déchirement mais comme un moment d'union. Non pas comme un moment de mensonge, mais au contraire comme une heure de vérité. Non pas comme un moment de buzz médiatique mais comme une nouvelle phase du travail acharné que nous menons depuis trois semaines", a-t-il souhaité. "Notre pays est tout entier uni derrière ses agriculteurs. Tout notre pays est fier de ses agriculteurs."

De son côté, Jordan Bardella a entamé un peu plus tôt dans la journée une visite de deux jours Porte de Versailles, répétant sa volonté de promouvoir le "patriotisme économique" et de "changer de logiciel" pour les agriculteurs au niveau européen, avec notamment la "sortie des accords de libre échange". 

À noter que Gabriel Attal reviendra mardi au Salon de l'agriculture, où il arpentera les allées toute la journée, avec une pause pour les questions au gouvernement à l'Assemblée nationale. 


M.G

Tout
TF1 Info