Lors de ses vœux aux armées, à 11h45 vendredi, Emmanuel Macron annonce les grandes orientations de la future loi de programmation militaire 2024-2030.
Ce texte est placé sous le signe de la "transformation des armées" dans un contexte où la guerre en Ukraine a fait resurgir le spectre d'un conflit sur le Vieux continent.

Quel avenir pour les forces françaises ? Après son déplacement en Espagne pour la signature d'un "traité d'amitié", Emmanuel Macron revient dans l'Hexagone ce vendredi. Sur la base aérienne de Mont-de-Marsan (Landes), il va évoquer la future loi de programmation militaire (LPM) 2024-2030, lors de ses vœux à l'armée. Ce texte, qui sera présenté au Parlement en mars prochain, est très attendu, au moment où la guerre en Ukraine a mis en lumière des faiblesses dans le dispositif militaire français.

L'objectif de ce projet est de lancer les base d'une refonte des armées. Pour cela, il devrait continuer dans la lancée de la précédente LPM, et son enveloppe de 295 milliards d'euros, qui avait mis fin à des années de coupes budgétaires dans les armées. "On passe d'une logique de réparation à une logique de transformation. On doit pouvoir être plus efficace et performant", souligne l'Élysée. "On doit tous mener une introspection à la lumière de l'Ukraine", insiste-t-il. 

Un budget supérieur aux 400 milliards de dollars ?

Le montant consacré à ces changements devrait être précisé vendredi par le chef de l'État. Il pourrait dépasser les 400 milliards d'euros, selon l'AFP. 

Parmi les principaux axes de travail, l'adaptation aux risques de conflit inter-étatique majeur ("haute intensité"), dans un contexte géostratégique de plus en plus tendu, la poursuite de la modernisation de la dissuasion nucléaire française, le renforcement des capacités cyber ou encore l'augmentation des investissements en Outre-mer. Par ailleurs, l'exécutif "attend de l'industrie de défense qu'elle s'engage davantage" à baisser ses coûts et les frais de maintenance des équipements, qui devront être plus rapidement produits. La présidence vise aussi à doubler le nombre de réservistes, au nombre de 40.000 actuellement. "On doit tous mener une introspection à la lumière de l'Ukraine", insiste l'entourage d'Emmanuel Macron. 


M.G

Tout
TF1 Info