Présidentielle, second tour : Le Pen-Macron, l'heure du choix

VIDÉO - Présidentielle : Marine Le Pen veut conditionner tous les visas et transferts de fonds vers l'Algérie

Vincent Michelon
Publié le 13 avril 2022 à 16h29
JT Perso

Source : TF1 Info

Marine Le Pen a présenté, mercredi 13 avril, sa vision de la France dans le monde.
À l'égard de l'Algérie, la candidate a défendu une politique "totalement inverse" à celle menée ces dernières décennies.
Notamment en conditionnant tout octroi de visa ou tout transfert de fond au retour effectif des personnes expulsées.

Elle assure vouloir "des relations amicales" et "décomplexées" avec l'Algérie, mais avec des conditions. Marine Le Pen, qui détaillait, mercredi 12 avril, sa vision des relations internationales devant la presse, a défendu une politique "exactement inverse" à celle qui a été privilégiée en France à l'égard de ce pays au cours des dernières décennies. 

"Mon souhait est, d'emblée, de conditionner tout nouvel octroi de visa au profit de ressortissants algériens, toute autorisation de transferts de fonds, toute acquisition de propriété en France par un dignitaire, à plusieurs éléments, incluant une mise en œuvre effective de la réadmission par les autorités consulaires algériennes en France", a indiqué la candidate du RN à la présidentielle. Elle faisait référence à la réticence de plusieurs pays, dont l'Algérie, à récupérer leurs ressortissants qui doivent être expulsés du territoire français. 

À savoir sur ce sujet : les autorités françaises ont déjà décidé, depuis septembre 2021, de réduire de moitié l'octroi de visas, dans ce bras de fer engagé au sujet des expulsions.

Lire aussi

"Nous ne sommes pas dépendants de l'Algérie"

"Je pense qu’il vaut mieux s’attaquer à ces irritants d’emblée, ce qu’aucun de mes prédécesseurs n’a eu le courage de faire, et ensuite de nouer progressivement des relations normales, d’État souverain à État souverain, ce qui me semble être

plus encore dans l’intérêt de l’Algérie et des Algériens que de la France", a ajouté la candidate. 

Pour Marine Le Pen, "nous ne sommes pas dépendants économiquement de l'Algérie, ni d'ailleurs du gaz algérien", et "il est surtout dans l'intérêt de l'Algérie que ses relations avec la France soient saines et apaisées". Ces relations relèvent plus, à ses yeux, d'une "question sentimentale que rationnelle ou économiquement indispensable pour la France"

Enfin, la candidate a adressé un message aux "Algériens qui vivent déjà en France". Ceux qui "se comportent conformément au droit français, respectent nos us et coutumes et aiment la France, ses traditions, son histoire, sa culture, qui bénéficient d’un contrat de travail et qui nous enrichissent de leur savoir-faire [...] n’ont pas de raison de ne pas être invités à y rester". En revanche, "les autres, certes minoritaires, devront partir"


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info