Élection présidentielle 2022

En meeting à Marseille, Emmanuel Macron mentionne "L'avenir en commun", le programme de Jean-Luc Mélenchon

Aurélie Loek
Publié le 16 avril 2022 à 18h01
JT Perso

Source : TF1 Info

Le président candidat était en meeting à Marseille, samedi, où Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête au premier tour.
Décidé à ouvrir son électorat, notamment vers la gauche et l'écologie, Emmanuel Macron a cité à deux reprises un "avenir en commun", en référence au nom du programme porté par La France insoumise.

"Nos vies seront écologistes ou ne seront pas", a lancé, ce samedi 16 avril, Emmanuel Macron, présent à Marseille pour tenter de séduire un électorat plutôt acquis à Jean-Luc Mélenchon et à Yannick Jadot. Et en effet, durant l'heure et demie qu'a duré son discours, le président candidat a essentiellement parlé d'écologie, promettant que s'il est réélu, son quinquennat sera essentiellement focalisé sur cette question.

Emmanuel Macron s'inspire de ses concurrents

Emmanuel Macron veut ainsi mettre en place une planification écologique et énergétique, comme avait pu le proposer le leader de La France insoumise. Le candidat a aussi exprimé son souhait de lutter pour la protection des forêts, des océans ou encore pour contrer la pollution de l'air, thématiques abordées par Yannick Jadot lors de sa campagne.

Mais au-delà de la reprise de certaines idées, jusque-là défendues par ses concurrents, Emmanuel Macron a aussi repris quelques formules. "Chacun devra prendre sa part dans cet avenir en commun que nous avons à construire", a par exemple lancé le président candidat, faisant référence au nom du programme de Jean-Luc Mélenchon, "L'avenir en commun". Un clin d'œil qui a par ailleurs été répété en fin de meeting.

Défendant son bilan, Emmanuel Macron a également répondu à une attaque portée par Yannick Jadot. Le candidat d'Europe Écologie-Les Verts avait conspué l'action du chef de l'État en matière de lutte pour le climat, le définissant comme "le président de l'inaction climatique". "De l'inaction, pas chez moi !", a certifié avec force le président candidat durant son discours, comme une réponse aux critiques qui avaient pu être formulées à son encontre.

Lire aussi

Ces reprises, sur le fond comme sur la forme, suffiront-elles à convaincre les électeurs de Yannick Jadot, et surtout de Jean-Luc Mélenchon, troisième homme du premier tour et qui a réussi à rallier derrière sa candidature plus de 7,7 millions de voix ? En tout cas, l'écart se creuse légèrement dans les sondages entre le président sortant et sa concurrente d'extrême droite, Marine Le Pen, particulièrement visée lors de ce meeting.


Aurélie Loek

Tout
TF1 Info