Élection présidentielle 2022

VIDÉO - Présidentielle : sur LCI, Emmanuel Macron promet "d'élargir et de réunir" en cas de victoire

Idèr Nabili
Publié le 22 avril 2022 à 21h34
JT Perso

Source : TF1 Info

Invité de LCI ce vendredi pour sa dernière interview en tant que candidat, Emmanuel Macron promet "un quinquennat immanquablement différent" en cas de réélection.
Le président sortant assure qu'il modifiera sa gouvernance, "dans les gestes et dans la méthode".

Une dernière interview avant le verdict des urnes. Ce vendredi, le président sortant Emmanuel Macron s'est confié au micro de Ruth Elkrief dans les ultimes instants de sa campagne. Avec une promesse claire : en cas de réélection, son deuxième mandat ne ressemblera pas au premier. "Je ne me représente pas devant nos compatriotes avec la volonté de faire la même chose", assure-t-il sur LCI (voir vidéo en tête de cet article). "Le quinquennat sera immanquablement différent."

D'abord, le contexte est loin d'être similaire à celui observé en mai 2017, lorsqu'il accédait à l'Élysée. "Nous sortons de deux ans de pandémie, une anxiété est là, et la guerre est en Europe. Dès lundi, le sujet de la guerre en Ukraine reviendra en haut de l'agenda avec des conséquences diplomatiques, militaires et économiques profondes", admet-il.

"Non", Emmanuel Macron ne connaît pas le nom de son futur Premier ministre

Surtout, Emmanuel Macron, conscient qu'il enregistrera des votes de Français souhaitant uniquement faire barrage à Marine Le Pen, veut diriger le pays différemment. "Si nos compatriotes me font confiance, il est clair que j'aurai une responsabilité d'élargir et de réunir", affirme le président sortant. "Élargir, je n'ai cessé de le faire durant ce quinquennat en prenant deux Premiers ministres qui n'avaient pas été à mes côtés il y a cinq ans, mais je suis convaincu qu'il faut associer très largement forces politiques, forces économiques et sociales, dans la manière de faire à l'avenir."

En ce sens, le chef de l'État veut modifier sa gouvernance, "dans les gestes et dans la méthode". Cela passe par "concerter largement les forces politiques, y compris parfois celles qui sont peu représentées à l'Assemblée", précise-t-il. "C'est aussi une autre manière de faire avec le terrain, avec la conviction que nos compatriotes, sur des questions profondes - la santé, l'école, le grand âge - veulent être acteurs et agir. [...] Il y a également une association plus intime des forces politiques et sociales à poursuivre, comme on a su le faire à certains moments dans la crise Covid. Il y a une capacité à associer les énergies sur le terrain qui doit être différente."

L'élargissement passera-t-il par la nomination à Matignon d'une personnalité politique qui n'a pas fait sa campagne ? Emmanuel Macron assure que "non", il ne connait pas le nom de son futur Premier ministre. En attendant, "rien n'est fait" dans ce second tour, rappelle-t-il. "Je veux convaincre nos compatriotes jusqu'à la dernière seconde. Je veux les convaincre que le projet que je porte est bon pour l'Europe, pour l'écologie, pour l'économie française et pour pouvoir avoir une politique de progrès pour l'école et notre santé."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info