Emmanuel Macron giflé lors d'un déplacement dans la Drôme

VIDÉO - Emmanuel Macron giflé : à quoi fait référence "Montjoie Saint Denis", devise criée par l’agresseur ?

CQ
Publié le 8 juin 2021 à 18h26, mis à jour le 9 juin 2021 à 18h44
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

ROYAUTÉ - L’homme ayant giflé le président en visite dans la Drôme a crié "Montjoie Saint Denis" avant de poursuivre par "A bas la Macronie". Une devise remontant à l’époque des rois de France qui serait affilié aujourd’hui au mouvement de l’extrême-droite royaliste.

Une agression précédée d’un cri revendicatif. Avant de porter une gifle - ou de tenter, selon l'Élysée - à Emmanuel Macron ce mardi 8 juin lors d’un bain de foule à Tain, dans la Drôme, le suspect âgé de 28 ans a crié, selon la seule vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, "Montjoie Saint Denis ! À bas la Macronie !". 

Si l’on comprend aisément la deuxième phrase, la première fait référence à la royauté puisqu’elle fut la devise du royaume de France. 

Eric Coquerel agressé avec cette même devise

Cette devise était en fait utilisée au temps des Capétiens avant une bataille importante et servait à invoquer Saint-Denis, le protecteur des rois de France, sous le règne de Philippe II Auguste. Une montjoie, désignant une colline ou un simple tas de pierre, était justement située à 3km de la basilique de Saint-Denis, là où a été décapité Saint-Denis. Une autre explication désigne la montjoie comme la bannière du roi Charlemagne, depuis conservée à l’abbaye de Saint-Denis.

Ceci étant, la référence est à la fois royale et guerrière et serait aujourd’hui affiliée au mouvement royaliste d’extrême-droite. Après la claque infligée au président, Eric Coquerel, député de La France Insoumise (LFI), a rapporté sur son compte Twitter avoir été lui-même agressé avec cette même devise "par des militants de l’Action Française il y a quelques années", groupuscule de l’extrême-droite royaliste fondée par Charles Maurras. En 2019, trois membres de l’Action française ont été condamnés pour avoir entarté l’élu un an plus tôt. 

Sur Twitter, un compte trouvé sous le slogan "Montjoie Saint Denis" affiche des ambitions claires dans leur biographie : "sauver la France, fille aînée de l’Église et la civilisation européenne, du cosmopolitisme des élites mondialisées". Un autre se revendique comme "Breton, catholique et royaliste". Après l’agression d’Emmanuel Macron, deux hommes "inconnus de la justice" ont été placés en garde à vue. Les motivations du suspect ne sont pas connues pour l’heure. 


CQ

Tout
TF1 Info