Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

VIDÉO - En réponse à Éric Ciotti, des députées LFI débarquent cravatées à l'Assemblée

Rania Hoballah
Publié le 26 juillet 2022 à 16h43, mis à jour le 26 juillet 2022 à 17h42
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Ce mardi, pour les questions au gouvernement, Mathilde Panot, Clémentine Autain ou encore Bénédicte Taurine avaient revêtu une cravate.
Un pied de nez assumé à Éric Ciotti qui demande le retour du port obligatoire de cet accessoire aux hommes.
Elles ont souhaité également dénoncer le "sexisme" qui règne au Palais Bourbon.

Elles ne sont pas passées inaperçues. Ce mardi après-midi, les femmes députées de la France insoumise sont arrivées cravatées pour les questions au gouvernement à l'Assemblée Nationale. "C'est un pied de nez pour tenir tête à M. Ciotti", a déclaré Clémentine Autain en arrivant, cravate verte autour du cou, avec ses collègues insoumises en séance. Éric Ciotti, questeur de l'Assemblée, a souhaité la semaine dernière "l'obligation du port de la cravate" dans l'hémicycle, reprochant en particulier à certains élus de la France insoumise "des tenues de plus en plus relâchées".

"Apparemment pour M. Ciotti, la présence des femmes n'est pas encore acceptée", lance Mathilde PanotSource : TF1 Info
JT Perso

L'idée d'imposer le port de la cravate au Palais Bourbon "nous paraît profondément réactionnaire, et fermée pour les femmes puisque c'est un accessoire de mode masculin", a insisté Clémentine Autain, dénonçant une forme de "mépris de classe". En portant la cravate, "nous le disons avec humour, mais nous sommes en colère", a-t-elle souligné.

La cheffe de file des députés insoumis Mathilde Panot a estimé que derrière la polémique sur la cravate qui agite le Palais Bourbon depuis plusieurs jours se pose "la question de la place des femmes dans l'Assemblée". "Apparemment pour M. Ciotti, certains à droite et à l'extrême droite, la présence des femmes n'est pas encore acceptée", a-t-elle affirmé.

Elle a dénoncé les "remarques sexistes par-ci par-là, sur la façon dont nous nous habillons, ou la forme de nos corps". "Des femmes simplement en parlant sont houspillées, on leur demande de se taire et elles n'arrivent pas à parler dans un chahut infernal juste parce qu'elles sont des femmes", a renchéri Clémentine Autain.

Lire aussi

Dans un courrier à la présidence de l'Assemblée jeudi dernier, Eric Ciotti avait demandé "l’obligation du port de la cravate au sein de l’hémicycle du Palais Bourbon". Une façon pour lui d'empêcher que "certains députés, notamment de la France Insoumise, se permettent de porter des tenues de plus en plus relâchées". 

La présidente de l'Assemblée, Yaël Braun-Pivet est revenue sur la polémique dans une tribune mardi dans Libération, en rappelant que le règlement de l'institution prévoit que "la tenue vestimentaire adoptée par les députés dans l'hémicycle doit rester neutre et s'apparenter à une tenue de ville".


Rania Hoballah

Tout
TF1 Info