Enseignant tué à Arras : "effroi" de la classe politique, unanime pour condamner l'attaque

par J.F
Publié le 13 octobre 2023 à 16h11

Source : TF1 Info

L'ensemble de la classe politique a réagi à l'attaque au couteau qui a fait un mort et deux blessés dans un lycée d'Arras ce vendredi matin.
Elle condamne unanimement, parlant d'"effroi" et d'"horreur".
La droite réclame l'activation de l'état d'urgence.

L'horreur s'est invitée au lycée Gambetta d'Arras ce vendredi 13 octobre au matin. Un homme fiché S âgé d'une vingtaine d'années s'est introduit dans l'enceinte de l'établissement scolaire, où il a tué un enseignant et blessé deux autres personnes avant d'être arrêté. L'ensemble de la classe politique a condamné cette attaque et exprimé son "effroi" et sa colère. Beaucoup ont également fait remarquer que cette attaque intervenait près de trois ans jour pour jour après l'assassinat de Samuel Paty.

"Trois ans après l'ignoble assassinat terroriste de Samuel Paty, de nouveau une attaque meurtrière contre des professeurs. Effroi et dégoût", a réagi Jean-Luc Mélenchon (LFI). "L’horreur s’abat une nouvelle fois sur la communauté éducative. Toutes mes pensées vont aux victimes, à leurs proches et à l’ensemble des élèves et des enseignants", a également écrit le coordinateur national de La France insoumise Manuel Bompard. La cheffe des députés insoumis Mathilde Panot s'est dite "horrifiée" et a remercié les "policiers qui ont interpellé l'assaillant"

"Effroi après le nouveau meurtre d’un enseignant", a écrit Olivier Faure (PS) pour qui "nous n’en avons pas fini avec le terrorisme". Fabien Roussel (PCF) a appelé à "l’union de toute la nation contre le terrorisme". "La République est aux côtés de ses enseignants", a assuré l'écologiste Cyrielle Chatelain.

"La République a, à nouveau, été frappée en plein cœur. Là où elle instruit ses enfants pour en faire des citoyens libres et éclairés", a regretté le chef du parti de la majorité Renaissance Stéphane Séjourné. "Elle doit être impitoyable avec ses ennemis." 

Bardella veut "éradiquer l'islamisme, ses soldats et ses relais"

À droite, le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau a estimé que "le combat contre l’islamisme et ses complices doit être la priorité n°1". Le président du parti Eric Ciotti a réclamé à Emmanuel Macron "d'activer l'état d'urgence". "N'attendons pas que la France soit touchée plus durement, il faut agir de façon préventive", a-t-il affirmé dans un communiqué où il appelle le gouvernement à "ne plus trembler face à l’islamisme et à l’immigration de masse". Le député des Alpes-Maritimes souhaite aussi "relever les effectifs des forces sentinelles au niveau le plus haut".

"Tout doit être mis en œuvre pour éradiquer l'islamisme, ses soldats et ses relais", a insisté Jordan Bardella, président du Rassemblement national. "À Arras, le djihad vient de frapper", a dénoncé Eric Zemmour (Reconquête).

Attentat à Arras : minute de silence à l'Assemblée nationaleSource : TF1 Info

L'Assemblée nationale avait choisi de suspendre ses travaux jusqu'à 15 heures. À la reprise de la séance, la vice-présidente Naïma Moutchou a fait observer une minute de silence dans l'hémicycle.


J.F

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info