Élection présidentielle 2022

Éric Zemmour expulsé d'un complexe sportif à Marseille : la réaction du candidat sur LCI

Idèr Nabili
Publié le 3 avril 2022 à 15h50
JT Perso

Source : TF1 Info

Éric Zemmour a participé samedi à un match de foot en salle à Marseille.
Les propriétaires du complexe ont affirmé ne pas être au courant du caractère politique de la réservation, avant de lui imposer de quitter les lieux.
Sur LCI, le candidat de Reconquête! les accuse "d'intimidation" et de "véhémence".

Éric Zemmour chahuté à Marseille. Au cours de son déplacement dans les Bouches-du-Rhône, samedi, le candidat de Reconquête! a été pris à partie alors qu'il participait à un match de foot en salle au complexe sportif ZS d'Aix-en-Provence, créé par la star Zinedine Zidane. Après quelques minutes, les responsables de l'établissement sont intervenus pour demander au prétendant à l'Élysée de quitter les lieux, dans une grande confusion et une tension palpable. "On ne nous a pas prévenus que c'était pour un meeting", a notamment affirmé un homme se présentant comme un employé du site. Le candidat et son équipe ont fini par obtempérer.

Invité sur LCI ce dimanche, Éric Zemmour a fustigé le comportement des propriétaires du complexe. "Je n'ai pas débarqué et fait campagne sans prévenir", assure-t-il (voir vidéo en tête de cet article). "Mes militants savaient que je venais à Marseille et que j'aimais le foot, ils avaient loué ce terrain pour que j'y joue. J'ai accepté avec plaisir, avec joie. Je ne savais même pas que c'était le club de Zidane, mais j'aurais encore plus accepté avec joie, car j'ai une admiration sans borne pour cet immense joueur qui m'a fait pleurer de joie."

"Ils ont menacé de faire venir tous les quartiers nord pour me déloger"

Le candidat de Reconquête! confirme que la réservation avait été anonymisée. "Nous n'allions évidemment pas donner mon nom parce que je suis harcelé par les antifas", justifie-t-il. "Quand on donne mon nom, cela m'est déjà arrivé à Marseille et ailleurs, des hordes d'antifas débarquent et veulent me faire la peau. Quand ils ont appris que j'étais là, les propriétaires ont débarqué."

Selon lui, "ils ont menacé de faire venir tous les quartiers nord pour me déloger et causer des troubles publics"."C'est pour cela que mon service de sécurité m'a dit qu'il valait mieux partir." Le candidat de Reconquête! les accuse notamment "d'intimidation" et de "véhémence".

Lire aussi

Quatrième dans les intentions de vote, Éric Zemmour n'a pas manqué de rapprocher cette histoire à son programme. "La gauche nous a appris que le sport rassemblait, je constate que ce n'est pas le cas", déclare-t-il. "Il y a aujourd'hui des enclaves étrangères où la loi ne s'applique plus. C'est un exemple. Nous avions payé, nous étions dans les règles. Quand un citoyen français vient et peut être chassé en menaçant de troubles et de désordre, on n'est plus en France."


Idèr Nabili

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info