VIDÉO - Cérémonie d'ouverture des JO : François-Xavier Bellamy fustige un projet "extrêmement dangereux"

par F.R
Publié le 7 avril 2024 à 13h11, mis à jour le 7 avril 2024 à 14h09

Source : TF1 Info

Tête de liste Les Républicains aux élections européennes, François-Xavier Bellamy était l'invité de LCI ce dimanche 7 avril.
Il est revenu sur la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Paris sur la Seine, la jugeant "extrêmement dangereuse" à sécuriser.
Et a notamment estimé qu'il "est bien plus facile de sécuriser un stade".

Emmanuel Macron l'a réaffirmé ce jeudi 4 avril :  la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques sur la Seine reste le "scénario privilégié", alors que le plan Vigipirate a été relevé à son niveau maximum après l'attentat de Moscou du 22 mars, revendiqué par le groupe État islamique.

Invité de LCI ce dimanche 7 avril, François-Xavier Bellamy, eurodéputé et tête de liste Les Républicains aux élections européennes, s'est interrogé sur l'organisation de cette cérémonie sur la Seine, alors que "les menaces seront multiples sur les Jeux olympiques". 

Nous ne sommes pas dans un temps de paix et de sécurité.
François-Xavier Bellamy

"J'ai du mal à comprendre que le président de la République ne renonce pas dès maintenant à ce projet d'ouverture des JO sur la Seine dont tout le monde voit bien qu'il est extrêmement dangereux", a-t-il déclaré, jugeant "bien plus facile de sécuriser un stade (...) que de sécuriser des parcours de kilomètres sur la Seine"

"Je veux bien que le projet est grandiose. Dans un temps et paix et de sécurité, il aurait de la gueule. Mais nous ne sommes pas spécialement dans un temps de paix et de sécurité", a-t-il encore ajouté, exhortant Emmanuel Macron à "dire la vérité". "Notre pays peut se montrer rayonnant, beau, magnifique à condition d'assurer la sécurité de ceux qui garantissent cet événement."

Emmanuel Macron a expliqué que les autorités françaises préparaient des "scénarios de repli", alors que pour la première fois, Paris prévoit une cérémonie d'ouverture en dehors d'un stade. Les athlètes devront prendre place dans des péniches qui descendront la Seine dans le décor mythique des monuments parisiens. 

Au chapitre des menaces, Emmanuel Macron s'est également dit certain que la Russie ciblait l'organisation des Jeux olympiques, notamment "en termes informationnels", en laissant entendre que la France ne serait pas prête pour l'événement.


F.R

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info