Élection présidentielle 2022

Guerre en Ukraine : pour Anne Hidalgo, "nous ne pouvons pas être dans la complaisance avec un dictateur"

Vincent Michelon
Publié le 14 mars 2022 à 21h21
JT Perso

Source : TF1 Info

Dans "Face à la guerre", lundi 14 mars sur TF1, Anne Hidalgo a plaidé pour un renforcement des sanctions à l'égard des intérêts russes.
La candidate socialiste a critiqué ses concurrents qui prônent une position plus modérée à l'égard de Vladimir Poutine.

Face à la Russie, elle préconise la manière forte. Interrogée lundi 14 mars dans "Face à la guerre", l'émission spéciale de TF1 consacrée à l'élection présidentielle, Anne Hidalgo a défendu les sanctions infligées à Vladimir Poutine et plaidé pour un renforcement de celles-ci.

"Nous devons faire bloc au niveau européen", a plaidé la candidate socialiste. "L'Europe est unie face aux sanctions que nous devons prononcer. Il nous faut frapper Vladimir Poutine, les oligarques au portefeuille", a-t-elle jugé, ajoutant que le fait de commercer avec la Russie entretien le financement de l'armement qui sert aujourd'hui à frapper l'Ukraine. 

"Pas de complaisance"

Interrogée à propos de ses concurrents, dont certains préconisent une approche plus mesurée à l'égard de la Russie, Anne Hidalgo a dénoncé, sans le citer, la position de Jean-Luc Mélenchon. "Nous ne pouvons pas être dans la complaisance avec un dictateur qui utilise la force et s’assoit sur le droit. Dans cet géopolitique mondiale, il y a un cap, un seul", a expliqué la candidate socialiste. "Il y a pour moi un seul cap : une Europe, une Europe de la défense que nous devons accélérer. Ceux qui nous expliquent qu’il faudrait dialoguer avec Poutine... Bien sûr qu’il faut discuter. Mais la paix ne peut pas se faire au profit des oppresseurs." 

Lire aussi

Pour Anne Hidalgo, la guerre actuelle pose également "la question de la dépendance de la France, notamment aux énergies
fossiles. Et là, le bilan d'Emmanuel Macron n'est pas le bon"
, a-t-elle fustigé. "Il a tourné le dos à la question du réchauffement climatique."

La socialiste propose notamment d'agir sur la flambée des prix en abaissant la TVA sur l'essence à 5,5%, et en bloquant les prix des énergies.


Vincent Michelon

Tout
TF1 Info