Depuis les attaques du Hamas en Israël, le 7 octobre, la communauté juive est la cible de plus en plus d'actes antisémites en France.
Selon les chiffres du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, il y a eu "autant d'actes en trois semaines que sur toute l'année écoulée".
Dès lors, le ministre a annoncé la mobilisation de 10.000 policiers pour protéger 950 sites.

Les actes antisémites au cœur des débats à l'Assemblée nationale. Plus de trois semaines après les attaques du Hamas en Israël, les actes antisémites se multiplient dans l'Hexagone. Interrogé sur la sécurité des Français de confession juive, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a assuré aux députés de la mobilisation des forces de l'ordre.

"Dès le drame ignoble des attentats terroristes islamistes contre les populations israéliennes du 7 octobre, le président de la République nous a demandé de renforcer considérablement (la sécurité de) tous les lieux où les Français de confession juive vont pour leur culte, vont mettre leurs enfants à l'école s'ils le souhaitent, ou dans les lieux culturels communautaires", a-t-il affirmé.

Depuis, "10.000 policiers et gendarmes et militaires de Sentinelle" sont mobilisés "partout en France" pour protéger "950 sites", a précisé le ministre. "La République est là pour les protéger jour et nuit, contre cette peur qui touche légitimement nos compatriotes de confession juive."

425 personnes interpellées

Car les chiffres des autorités montrent bien une hausse des "agissements ignobles", selon les mots de la Première ministre Élisabeth Borne, contre la communauté juive. "857 actes antisémites" ont été recensés depuis le 7 octobre, "c'est-à-dire autant en trois semaines que sur toute l'année écoulée", a indiqué Gérald Darmanin. "Grâce à la position des policiers, gendarmes et militaires devant les lieux communautaires, 425 personnes ont été interpellées. Je veux dire ici la fermeté du ministère de l'Intérieur pour le retrait systématique de titres des étrangers qui figureraient parmi les personnes interpellées."

Autre point de vigilance : les messages de haine sur Internet. "5916 signalements" ont été effectués sur la plateforme Pharos, qui ont permis d'identifier "296 personnes", a poursuivi le ministre. "Il n'y a pas d'impunité : un individu étranger a été renvoyé dans son pays le 9 octobre suite à des cris de 'Mort aux juifs', 'Mort à Israël' ; le 28 octobre, un individu qui a appelé à la haine sur TikTok et à la menace de mort contre le rabbin de Levallois a été interpellé, mis en garde à vue et déféré en prison."

"C'est le devoir de la République de protéger tous les juifs de France", a également insisté la cheffe du gouvernement peu avant, affirmant que "tous ceux qui se rendent coupables de ces actes doivent être interpellés et condamnés" et que "rien ne peut être toléré, justifié ou excusé."


I.N

Tout
TF1 Info