La psychose autour des punaises de lit "amplifiée" par le Kremlin, selon le ministre Jean-Noël Barrot

par A.S
Publié le 1 mars 2024 à 9h46, mis à jour le 1 mars 2024 à 10h01

Source : Bonjour !

Jean-Noël Barrot était l'invité d'Adrien Gindre ce vendredi dans l'émission Bonjour! sur TF1.
Le Ministre délégué chargé de l'Europe de France a affirmé que la psychose des punaises de lit en France à la rentrée 2023 a été amplifiée par des comptes liés au Kremlin.

Il a parlé de la colère des agriculteurs, de l'action menée ce jour sur la place de l'Étoile par la Coordination Rurale, du Rassemblement National avant d'en venir… aux punaises de lit et à la Russie. Invité ce vendredi matin dans Bonjour ! sur TF1, Jean-Noël Barrot, ministre délégué chargé de l'Europe, a en effet estimé qu'il y avait un lien entre les petits insectes tant redoutés par la population et certains comptes proches du Kremlin.

Une psychose "artificiellement amplifiée" ?

"Il se trouve que cela fait plusieurs semaines que votre gouvernement, la majorité, nous font comprendre qu'il y a une entreprise de déstabilisation de la Russie conduite par Vladimir Poutine contre nos intérêts, contre notre pays. Pouvez-vous nous dire s'il est établi que cette opération existe, qu'elle est fomentée par le Kremlin et qu'elle nous vise directement", demande Adrien Gindre au ministre.

"Absolument, et ça a commencé à s'accélérer depuis deux ans, depuis le début de la guerre en Ukraine. Nous le savons car le président de la République a créé en 2021 un service qui s'appelle VIGINUM (service technique et opérationnel de l’État chargé de la vigilance et de la protection contre les ingérences numériques étrangères) dont la mission est de détecter ces manœuvres qui visent à déstabiliser l'opinion publique en France et à affaiblir le soutien public à l'Ukraine", explique le ministre. "Quelques exemples : la polémique des punaises de lit qui a été artificiellement amplifiée sur les réseaux sociaux par des comptes dont il a été établi qu'ils sont d'inspiration ou d'origine russe avec même un lien faux créé entre l'arrivée de réfugiés ukrainiens et la diffusion des punaises de lit (...) Ça a été très largement amplifié par des comptes liés au Kremlin", conclut-il. 


A.S

Tout
TF1 Info