La réquisition des éboueurs a commencé à Paris

par M.L (avec AFP)
Publié le 17 mars 2023 à 9h47

Source : JT 20h Semaine

Depuis une dizaine de jours, les déchets s'amoncellent dans les rues de la capitale, suite à la grève des éboueurs contre la réforme des retraites.
Le ministre de l'Intérieur a assuré vendredi que la réquisition du service de propreté de Paris avait été décrété jeudi soir, et que "cette réquisition fonctionne" déjà, permettant de "ramasser ces poubelles".

Au onzième jour de mobilisation des éboueurs à Paris contre la réforme des retraites, la réquisition a d'ores et déjà commencé pour évacuer les déchets qui s'accumulent dans les rues de la capitale. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a affirmé sur RTL vendredi que le préfet de police, Laurent Nuñez, avait procédé "hier (jeudi) soir" à la réquisition du service de propreté de la ville. "Dès aujourd'hui, dès ce matin, cette réquisition fonctionne et permet de ramasser ces poubelles", a-t-il assuré.

"Je respecte les grèves des éboueurs de Paris. En revanche, l'insalubrité n'est pas acceptable", a justifié le ministre. "Je l'ai dit à la maire de Paris, je respecte le choix d'Anne Hidalgo mais je le regrette, elle n'a pas souhaité prendre ses responsabilités", a-t-il fustigé. 

4000 noms d'agents transmis par la mairie

Laurent Nuñez avait informé dans la soirée de mercredi l'édile parisienne de sa décision de réquisitionner des éboueurs, sur ordre de Gérald Darmanin, ce qu'elle avait refusé de faire au préalable. La mairie de Paris, sommée de lister les agents pouvant être réquisitionnés, a tout de même envoyé jeudi matin la liste de 4000 d'entre eux affectés au nettoyage de la voie publique et au ramassage des déchets : conducteurs, éboueurs, balayeurs…

Le ministre de l'Intérieur a aussi estimé que les détritus amoncelés étaient détournés en "armes" par les manifestants opposés à la réforme de retraites, et qu'il fallait donc "les retirer de l'espace public". Plusieurs feux de poubelles ont émaillé certaines manifestations jeudi, qui ont éclaté dans plusieurs villes en France, dont Paris, suite au déclenchement du 49.3 par le gouvernement pour faire adopter sa réforme controversée. 

Les forces de l'ordre étaient déjà passées à l'action jeudi en débloquant près de Paris un dépôt occupé par des éboueurs en grève : celui de Vitry-sur-Seine, en Val-de-Marne, un site de Pizzorno Environnement, prestataire pour la collecte des déchets dans le XVe arrondissement et 150 écoles parisiennes. La société a obtenu de la justice le concours de la force publique pour débloquer son dépôt, a expliqué la préfecture de police à l'AFP, en soulignant qu'il ne s'agissait toutefois pas d'une réquisition.

Jeudi matin, la capitale comptait toujours quelque 9400 tonnes de déchets qui n'avaient pu être ramassées, selon la mairie, trois incinérateurs situés aux portes de la capitale étant toujours bloqués par les manifestants. 


M.L (avec AFP)

Tout
TF1 Info