VIDÉO - Crainte de pénurie d'essence : à Marseille, des files d'attente interminables

Publié le 19 mars 2023 à 10h22

Source : Sujet JT LCI

L'usage du 49.3 va-t-il mettre la France à court de carburant ?
L'annonce samedi par la CGT de la mise à l'arrêt de la plus grande raffinerie de France, à Gonfreville-L'Orcher (Seine-Maritime), marque un durcissement dans le conflit contre la réforme des retraites.
Dans les Bouches-du-Rhône, les habitants commencent à essayer de faire le plein... tant bien que mal.

En réaction au 49.3 et à la réforme des retraites, dans les raffineries, le mouvement se durcit. Tous les ingrédients sont réunis pour que le spectre des pénuries de carburants s'invite à nouveau. Dans les Bouches-du-Rhône, plusieurs stations sont en rupture. 

Ça devient pénible, franchement, on ne peut plus vivre
Un automobiliste marseillais cherchant à faire le plein

Et ces Marseillais que nous avons rencontrés samedi soir, en train de gonfler des files d’attente interminables, le constatent à leurs dépens. "Demain, je ne pourrai pas aller travailler, je vais encore manquer une journée, ça va être dur pour moi", se désole un automobiliste phocéen. "Ça devient pénible, franchement, on ne peut plus vivre, on est obligé de tout calculer, même l’essence", peste un passager interrogé dans sa voiture. "On est pris en otage", renchérit celle qui l’accompagne. 

La perspective de voir la raffinerie Petroineos de Lavéra, près de Martigues, en train d'être mise à l’arrêt ne va pas arranger les choses. Un communiqué de la CGT du 18 mars assure qu'à la raffinerie Esso de Fos-sur-mer, "plus aucun produit pétrolier ne sort depuis le 7 mars", le dépôt d’entrée portuaire de Fluxel, toujours à Fos-sur-mer, est en grève reconductible et le plus grand dépôt de chargement de camions citernes de France, dans l'agglomération fosséenne, vient d’entrer en grève reconductible, "une première depuis le début du mouvement". Résultat : la pénurie commence déjà à se faire ressentir : dans les Bouches-du-Rhône, une station sur cinq rencontreraient des problèmes d’approvisionnement. 

Toutefois,  le président du syndicat professionnel Mobilians, Francis Pousse, expliquait vendredi qu'à ce stade, la situation dans les stations est "bonne". À l’échelle nationale, selon celui qui représente 5.800 d'entre elles, environ 6% des stations-service manquent d'un ou plusieurs produits sur l'ensemble du territoire. Mais depuis samedi, la plus grande raffinerie de France, à Gonfreville-L'Orcher (Seine-Maritime), est en train d’être à son tour mise à l’arrêt. 

Cette mise à l'arrêt prendra plusieurs jours et ne devrait pas provoquer, dans l'immédiat en tout cas, de pénuries de carburant  dans les stations-service. La France compte en effet 200 dépôts pétroliers et les pétroliers ont anticipé pour éviter la pénurie géante d'octobre dernier, causée par un conflit sur les salaires chez TotalEnergies et Esso. Reste que dans les Bouches-du-Rhône, ce sont 18% des stations qui rencontrent des pénuries. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info