Jean-Luc Mélenchon, un dérapage complotiste ?

VIDÉO - "C'est un montage contre moi" : Mélenchon réplique aux accusations de complotisme

TG
Publié le 13 juin 2021 à 19h19
JT Perso

Source : TF1 Info

INTERVIEW - Sur LCI, le député Jean-Luc Mélenchon s'est expliqué sur les accusations de complotisme dont il a fait l'objet cette semaine. "On me prend un mot qu'on monte en épingle pour faire une polémique sans fondement" s'est-il défendu.

L'heure des explications. Invité ce dimanche soir sur LCI, Jean-Luc Mélenchon a clarifié sa position, après une semaine marquée par des vives critiques. Interrogé sur le "grave incident" qu'il a prédit dimanche dernier pour la dernière semaine de la campagne présidentielle, le député l'assure : "C'est un montage pur et simple [...] Toutes les occasions de me pourchasser sont bonnes."

"La semaine dernière on a eu une belle émission avec quatre de vos collègues. Personne n'y a vu quoi que ce soit à redire. Mais deux militants politiques du Printemps républicain ont monté une polémique en me traitant de complotiste, ce que je ne suis pas", a estimé Jean-Luc Mélenchon. Et de s'expliquer : "Avant d'être complotiste, on m'a dit que j'étais islamogauchiste. Et encore avant, que j'étais anti-flic. On me prend un mot qu'on monte en épingle pour faire une polémique sans fondement."

"Les assassins sont les assassins"

"Les attentats sont décidés par des assassins et des terroristes. Ceux qui les décident sont ceux qui les commettent, c’est-à-dire les terroristes", a assuré le député.  Et d'ajouter : "(…) Pourquoi dirais-je qu'un système est à l'origine d'un tel agenda ? Ce n'est pas vrai. Les assassins sont les assassins."

"J'ai le droit comme responsable politique de dire : attention à ces façons de tromper tout le monde par des événements qui viennent annuler une élection. Quant aux victimes, je me sens obligé de redire pour elles que j'ai toujours la plus vive compassion", a tenu à préciser le patron de la France insoumise.

Lire aussi

Les propos de Jean-Luc Mélenchon prédisant dimanche "un grave incident ou un meurtre" dans la dernière semaine de la campagne présidentielle, un événement "écrit d'avance", ont suscité l'indignation dans la classe politique. Mais aussi parmi les familles des victimes des attentats islamistes, le chef des Insoumis citant notamment la tuerie commise par Mohammed Merah en 2012. Jean-Luc Mélenchon en est convaincu, cette polémique aura un impact sur sa campagne présidentielle. "On explique à des millions de gens que je suis le diable en personne. Bien sûr, cela va laisser des traces", a-t-il estimé ce dimanche sur LCI.


TG

Tout
TF1 Info