En cinq ans, de nombreux électeurs marseillais ont changé d'avis lors des dernières élections présidentielles.
Et il y a aussi ceux qui n'ont pas voulu choisir.

A Marseille, l'abstention a atteint les 35% voire plus dans les quartiers Nord. Dans le XVIe arrondissement de la ville par exemple, le chiffre dépasse les 38%. C'est dix points de plus que la moyenne nationale. Ce lundi matin, sur le port de l'Estaque, ils sont nombreux à nous confier ne pas s'être déplacés : "Je ne suis pas allé voter hier parce que j'en ai marre d'être manipulé dans tous les sens", justifie un passant. "En votant ou pas, on savait très bien que ça allait être Macron, c'est pour ça qu'on ne s'est pas déplacés", abonde une jeune femme. 

Dans cet arrondissement, c'est Jean-Luc Mélenchon qui était en tête au premier tour avec 41% des voix. Certains de ses électeurs ont préféré ne pas voter au deuxième tour. "On n'arrête pas le fascisme avec les néo-libéraux, donc je me suis abstenu volontairement", nous explique l'un d'eux.

"Ça ne m'intéresse même plus tout ça"

D'autres justifient leur abstention par un désintérêt pour l'élection, et se montrent désabusés : "Je ne crois plus moi aux politiciens" ; "Il y en a assez, j'ai travaillé depuis l'âge de 17 ans jusqu'à 60 ans, je n'arrive même pas à 1000 euros par mois" ; "Les plus démunis, on ne les écoute pas, on n'est pas là pour les aider. Ça ne m'intéresse même plus en fait tout ça".

Un peu plus loin, à l'heure du café, des jeunes, eux, nous expliquent tout simplement qu'ils ne se sentent pas concernés : " Ça ne sert à rien d'aller voter, c'est inutile". Dans certains quartiers au Nord de Marseille, l'abstention atteint même 48% des inscrits, un record.


Reportage Linda Huré, Henri-Paul Amar

Tout
TF1 Info