Invité de LCI ce mardi, Bruno Le Maire a donné des précisions sur la réforme des retraites que défend le gouvernement.
Le ministre de l'Économie a également défendu les concessions déjà consenties par l'exécutif, selon lui.

Invité sur le plateau de LCI ce mardi 14 févrir, Bruno Le Maire a défendu le bien-fondé de la réforme des retraites, actuellement en discussion à l'Assemblée nationale. "Pour dire les choses simplement, c'est une réforme qui ne fait, parmi les retraités, que des gagnants", affirme-t-il. "Pour ceux qui sont déjà à la retraite, 1,8 million de personnes vont voir leur pension améliorée en moyenne de 57 euros. Nous ne touchons pas aux pensions des retraités et nous améliorons les pensions de plus de 2 millions de personnes", détaille le ministre de l'Économie, se félicitant d'un "gage positif". 

700 millions d'euros pour les "carrières longues"

Le patron de Bercy est également revenu sur le dispositif spécial pour les travailleurs aux carrières longues, qu'a présenté Elisabeth Borne plus tôt dans la journée. Avec celui-ci, les personnes qui ont commencé à travailler avant 21 ans n'auront pas à cotiser plus de 43 ans pour partir à la retraite, dès lors qu'ils auront atteint l'âge de départ anticipé requis. "Le total de la mesure sera de 700 millions d'euros", juge Bruno Le Maire. "Nous avons déjà trouvé 200 millions d'euros en éliminant les forfaits de cotisation sociale de ceux qui sont licenciés et de ceux qui partent volontairement de leur travail. Il reste 500 millions d'euros à trouver, je le dis très clairement à nos amis parlementaires", explique-t-il. "Comme ministre des Finances, je redis que nous devons présenter une copie en bonne et due forme, c'est-à-dire à l'équilibre en 2030".

Pour tous ceux qui partent à la retraite, la réforme est une amélioration
Bruno Le Maire

De même, le ministre de l'Économie est revenu sur la question des pensions de retraite à 1200 euros minimums. "S'agissant de la pension de retraite à 1200 euros bruts, c'est ouvert à toute personne qui a cotisé l'intégralité de ses trimestres et qui a été rémunérée au niveau du Smic", commence-t-il. "Aujourd'hui, 800.000 personnes partent à la retraite. 200.000 personnes pourront disposer de ce dispositif. Tout le monde ne sera pas forcément à 1200 euros bruts parce que tout le monde n'aura pas forcément cotisé l'intégralité de ses trimestres", indique l'ancien membre du parti Les Républicains. "Pour tous ceux qui partent à la retraite", la réforme est une "amélioration", souligne Bruno Le Maire. "Personne ne perdra rien et tout le monde gagnera quelque chose parmi les 200.000 personnes concernées, c'est-à-dire un quart de ceux qui partent à la retraite", conclut-il. 

Plus acerbe, l'ancien secrétaire d’État aux Affaires européennes a dénoncé le comportement des députés La France Insoumise (LFI) dans l'hémicycle. "Traiter un ministre d'assassin, c'est parfaitement inacceptable", martèle-t-il, en référence à l'accident, la veille, l'élu Aurélien Saintoul a qualifié le ministre du Travail, Olivier Dusspot, d'"assassin". "Dans ce débat, la Nupes - et surtout la France Insoumise - a oublié toute décence", fustige-t-il. "Nous sommes privés du débat démocratique en raison de l'attitude indécente de LFI", ajoute-t-il encore. 


M.G

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info